AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Quand travail rime avec surprise [pv Kristina Wilson]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
avatar
« Les apparences . . . »
Invité

MessageSujet: Quand travail rime avec surprise [pv Kristina Wilson]   Jeu 1 Juil - 19:37

Je commençais une journée de travail.
Comme d'ordinaire, j'allais nourrir mes fauves, ceux que je surnommais "mes bébés" mais qui en fait me dépassent de plusieurs têtes et pourraient me couper en deux d'un seul coup de griffe. La première règle quand on est soigneur : ne jamais oublier qu'on a affaire à des animaux. Il est tentant de baisser la garde et de considérer ceux qu'on côtoie tous les jours comme des "proches", de les humaniser. Mais avec l'expérience, je savais qu'il faut agir avec les félins exactement comme avec les Hommes : toujours rester sur ses gardes.
Règle de vie, prudence, instinct... Appelez ça comme vous voudrez, mais je suis ce que je suis, et le temps m'a appris à me méfier de tout, et de tous. N'allez pas non plus penser que je suis froide comme de la glace et qu'il faut des années avant que je ne vous adresse la parole. J'ai plutôt le contact facile en fait, avec mon métier c'est essentiel, mais je ne suis pas une oie blanche...
Je venais de finir la tournée de distribution de carcasses quand cela me saisit. Une sensation étrange, une sorte... D'instinct. C'est ce qui m'arrive lorsqu'un des miens m'appelle. Normalement, nous nous reconnaissons uniquement sous notre forme animale. Ainsi transformés, il nous est possible de communiquer par pensée, quand nous acceptons que les pensées des autres pénètrent nos esprits.
J'avoue, c'est compliqué à suivre, mais ça l'est encore plus à expliquer !
Pour faire simple, disons donc que je sentis comme une sorte d'appel, plus ou moins inconscient, lancé dans le vague mais que je captais. Passons sur le charabia chamanique, tout ce que je veux dire c'est que je me mis à regarder tout autour de moi. Tout d'abord, je ne vis rien, ou plutôt je ne remarquais personne. Je scrutais chacun des visiteurs en fronçant les sourcils, mais rien. J'allais laisser tomber en me disant que j'avais rêver quand je la vis.

*Comment ais-je pu la louper ?*

Elle se tenait penchée sur un des parre-terres de fleurs et était de dos. Elle était brune, mince, et... C'était à peu près tout ce que je pouvais en dire. Maintenant que je la fixais, j'en étais certaine, aussi fou que cela semble : elle était des nôtres !

*Bon sang, mais comment est-ce possible ? Comment...*

Un mot : le destin. Personnellement, j'y croyais. Il est des choses qui arrivent parce qu'elles doivent arriver, et il ne sert à rien de chercher à les comprendre. Ne me restait plus qu'à trouver un moyen d'engager la conversation, en espérant qu'elle aussi me reconnaitrait. Si tel n'était pas le cas, il faudrait nouer le contact, et gagner sa confiance. Heureusement, j'étais pleine de ressouces et je trouvais en une demi-seconde l'excuse idéale pour l'aborder...

_ Il fait très chaud ce matin. Vous voulez que j'aille vous chercher quelque chose à boire ? Vous devez vous dessécher à travailler comme ça en plein soleil !

Je me parais d'un sourire poli et avenant et masquait toute ma curiosité derrière un masque impassible.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
« Les apparences . . . »
Invité

MessageSujet: Re: Quand travail rime avec surprise [pv Kristina Wilson]   Jeu 1 Juil - 23:48

C’était une journée comme les autres. J’étais en train de parler à mes fleurs comme si elles pouvaient me répondre. Je parlais de mes impressions. Je trouvais que le temps passait plus vite quand je parlais à quelqu’un. Il y avait d’autres employés qui faisaient le même travail que moi, mais nous avions tous notre section. Le temps était long et le soleil du matin me tapait sur la tête. Aujourd’hui, j’avais la section de la détente, où il y avait une grande plate-bande alentour des tables à pique-nique. Je les entendais rire en famille, des rigolades avec un bon repas. Une petite journée de rêve. J’aurais bien aimé que mes parents et ma sœur puissent venir avec moi et pour une fois pour une simple visite et non quatre pattes dans les fleurs. Je ne me plaignais pas, loin de là. J’aimais mon travail et ce qui s’y rattachait, l’équipe de travail était super, les animaux, la nature étaient présents et surtout j’étais à l’extérieur au soleil pour brunir ce teint tout blanc que j’avais.

J’étais assise sur mes genoux, penchés en train d’arracher une branche plantée dans la terre. Je pris mes cisailles pour couper cette fameuse branche qui commençait à me tomber sur les nerfs. Il était assez rare que j’utilisasse ma transformation d’aigle ces temps-ci. J’avais beaucoup de boulot et le temps que je passais avec ma famille était précieux et je ne voulais pas les laisser pour une question de « pouvoir magique ». Mais ce jour-là, je ne pus m’en empêcher, je sentais quelque chose de familier derrière moi. Ma première opinion c’était sans doute Millie qui était venu me rendre une petite visite, mais d’un autre côté, je me demandais pourquoi, il suffisait qu’elle attende à la maison ce soir… Non, ce n’était pas une personne que je connaissais, mais j’avais une connexion familière. C’est assez difficile à expliquer pour l’instant.

« Il fait très chaud ce matin. Vous voulez que j'aille vous chercher quelque chose à boire? Vous devez vous dessécher à travailler comme ça en plein soleil. »

— Merci… c’est une bonne idée… mais j’ai une bouteille d’eau dans mon sac… près de mon équipement d’entretien… eeeem… Tu es Is…leen (œil plissé et l’autre essayant de trouver la bonne prononciation). Désolé, si je massacre ton nom.

Je me levais ayant terminé mon petit coin de plate-bande. Je regardais ma montre… une petite pause… ça me plaisait. Mon équipement n’était pas très loin, à peine quelques mètres de moi. J’ouvris mon sac, il y avait deux bouteilles, j’en offris une à la personne en lui précisant que j’en avais deux autres dans mon casier.

Je ne posais de pas de question… ce n’était vraiment pas mon genre… Je me demandais seulement comment c’était possible qu’une telle situation pût m’arriver… Quand ma grand-mère m’avait parlé de tout ce qui était question d’être Femme-Aigle, elle n’avait pourtant pas omit de me dire chaque détail, mais le fait d’avoir une drôle d’impression familière, cela me faisait un peu drôle… pourtant, c’était la première fois que je lui parlais.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
« Les apparences . . . »
Invité

MessageSujet: Re: Quand travail rime avec surprise [pv Kristina Wilson]   Ven 2 Juil - 8:06

— Merci… c’est une bonne idée… mais j’ai une bouteille d’eau dans mon sac… près de mon équipement d’entretien… eeeem… Tu es Is…leen. Désolée, si je massacre ton nom.

Vous connaissez ces dessins animés où le personnage principal voit sa langue tomber d'hébètement et que celle-ci roule sur une dizaine de mètres ? Je crois que j'aurais pu faire de même en cet instant, si ce n'était que ma propre langue n'était pas extensible !

_ Isleen, répondis-je machinalement, accoutumée à ce qu'on ne sache pas prononcer du gaélique courant.

Au passage, je précise : ça se dit "Aï-ss-line" en fait ! Je sais, c'est un nom barbare, mais il faudrait voir ça avec ma grand-mère, j'y suis pour rien. Et puis bon, au fond je l'aime bien moi ce prénom, il est suffisamment original pour que, lorsqu'on le prononce en public, correctement ou non, il n'y ait pas cinq personnes qui se retournent en lançant un "oui" stupidement comique !

*Comment... ?*

Fut ma première interrogation, suivie de près pas d'autres, plus ou moins tordues. Machinalement, je saisis la bouteille d'eau qu'elle me tendit gentiment, mais je n'y touchais pas. Boire était loin d'être ma priorité en cet instant.

*On lui a forcément parlé de moi. Alors quoi, il existe un registre des Femmes-Aigles ? Ou alors quelqu'un l'a envoyé au zoo spécialement pour me voir...*

Mais les choses les plus simples ne doivent jamais être oubliées comme me le rappela mon subconscient, ou ma deuxième moitié de cerveau, ou ma double-personnalité... Ok j'arrête, on va me prendre (encore plus ?) pour une cinglée !

*Ou alors elle a lu sur ton badge patate !*

En tous les cas, voilà qui était pour le moins étrange ! Ce n'était pas tant sa familiarité. Elle ne me choquait pas puisque je ressentais exactement la même chose. Non c'était le fait qu'elle me connaisse, et que l'inverse ne soit pas réciproque. Si jamais elle avait muté dans les Highlands et qu'on l'avait envoyé ici pour que je l'aide, on aurait au moins pu se donner la peine de m'en avertir ! Toujours interdite, je décidais de m'isoler, histoire d'être tranquille.

_ Suis- moi d'accord ? On va discuter un peu, à l'ombre. C'est juste à côté

L'endroit le plus tranquille et ombragé que je connaissais... C'était l'arrière des cages, là où je posais la nourriture des animaux matin et soir. Jouant de mon badge, je passais dans une zone non accessible au public et aussitôt nous fûmes seules. Le regardant alors droit dans les yeux, j'hésitais une seconde sur la marche à suivre, mais il n'émanait d'elle que curiosité, familiarité et amicalité. Elle n'était pas un danger, pas pour moi du moins.
J'espérais simplement que la proximité des félins ne la mettrait pas trop mal à l'aise. Après tout, je l'oubliais souvent, mais nous sommes des rapaces, et oiseaux et félins ne font pas bons ménages, sauf dans mon cas.

*Espérons surtout qu'elle ne prenne pas ça pour une technique d'interrogatoire !*

_ Ok, je vais y aller franco. Comment sais-tu qui je suis ?

J'avais lancé ça avec le moins de suspicion possible et sans la moindre parcelle d'agressivité. Je n'étais pas ennuyée de la trouver ici, simplement curieuse à mon tour.

_ Tu es comme moi, n'est-ce pas ? Tu as certaines particularités...

Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
« Les apparences . . . »
Invité

MessageSujet: Re: Quand travail rime avec surprise [pv Kristina Wilson]   Ven 2 Juil - 14:53

« Suis-moi d'accord? On va discuter un peu, à l'ombre. C'est juste à côté. »

Ce fut assez inattendu… je regardais ma montre… une toute petite pause. Je lui devais bien cela. Je pris ma bouteille d’eau et je l’ouvris et en but une gorgée en chemin. Elle m’emmenait à l’arrière, où elle travaillait sans doute pour discuter librement. Je me sentais bizarre à cet endroit comme si ce n’était pas ma place.

« OK, je vais y aller franco. Comment sais-tu qui je suis?

Je répondais franchement à cette question puisqu’il n’y avait pas de danger et c’était vrai. Je ne voulais pas dire n'importe quoi. Je n'étais pas stresser, c'était juste une question d'identité. Je l'avais déja croisé dansle zoo. Je ne lui parlais pas de ma sensation bizare que j'avais...

— Eeem… je t’ai déjà vu au zoo, tu t’occupes des soins aux félins… et j’ai déjà entendu parler de toi quand je suis rentrée dans cet emploi, mais je ne t’avais jamais vu en face à part maintenant.

« Tu es comme moi, n'est-ce pas? Tu as certaines particularités... »

Phase vérité terminé… ce qui me mettait maintenant mal à l’aise, ce n’était pas les félins en arrière de moi et leur grondement, mais plutôt le fait de vouloir mentir sur une personne qui attirait la confiance. Mais dans ce cas, c’était bien de mentir, pour ma sécurité. Phase mensonge enclenchée…

— Ca tu l’as dit… pour travailler avec la nature il faut avoir des particularités… que les autres ont pas… comme, aimer les animaux, leurs cries, toujours être prête à être en adoration face aux plantes… pour moi… (Je parlais surtout de mes genoux en compotes le soir quand je rentrais à la maison.)

Phase mensonge terminée… C’était nul comme réponse. Le pire mensonge, j’étais pas faite pour mentir. Ca ce voyait c’était évidemment avec tous ces arrêts pour pensé à quoi ajouter. Malheureusement, je me sentais sur la défensive, c’était la première que cela m’arrivait et je ne voulais pas tout gâcher sur mon identité. Mais ce que je ne savais pas pourquoi, c’est qu’elle me mettait en confiance, mais je ne savais toujours pas pourquoi je la connaissais plus qu’une connaissance que l’on croise sur la route.

Je commençais à me gratter les ongles signe que je commençais à devenir stresser. Elle me regardait, quoi de plus normal, on est en train de parler, mais j’avais comme cette habitude… je devenais stresser, elle ne me croyait pas, alors je me mis à réfléchir.

— Ce que je ne comprends pas c’est que… j’ai une sensation bizarre. J’ai l’impression de te connaître, mais c’est la première fois que je te vois de ma vie…

Je trouvais cela énervant de ne pas savoir, au moins, elle était fixée sur ce que je ressentais dans mon cœur… Finalement, j’y pense, est-ce que c’était bien moi qui ressentais cette personne ou c’était l’animal en moi? Je mettrais ma main à couper que c’était l’animal. Je m’étais mise à réfléchir pourquoi. Peut-être que s’en était une, elle aussi… Avant de précipiter les choses, je voulais savoir son avis sur ce que je venais de dire, ensuite, je verrais… c’était assez traumatisant comme ça. Je ne voulais pas en rajouter davantage pour le moment.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
« Les apparences . . . »
Invité

MessageSujet: Re: Quand travail rime avec surprise [pv Kristina Wilson]   Jeu 8 Juil - 8:08

— Eeem… je t’ai déjà vu au zoo, tu t’occupes des soins aux félins… et j’ai déjà entendu parler de toi quand je suis rentrée dans cet emploi, mais je ne t’avais jamais vu en face à part maintenant.

Arf, ça commençait mal ! S'il est une chose que j'ai en horreur, c'est bien qu'on me mente, ou qu'on me prenne pour une idiote, et a fortiori qu'on fasse les deux en même temps ! D'autant plus que j'avais une sorte de détecteur de mensonges intégré par la nature qui me permettait de sentir aussi bien son malaise que ses efforts pour me mentir. Sa mauvaise-foi en somme !

*Du calme, ne te braque pas, reste polie !*

C'est vrai, dès qu'il s'agissait de mon clan, de mon autre moi, et des mes responsabilités, j'étais sur la défensive, mais en même temps je vois mal comment on pourrait me le reprocher. Mettons que quelqu'un le découvre, qu'il avertisse les autorités (lesquelles ? J'en sais rien !)... Je n'étais pas franchement tentée de finir dans une cage pour être un objet de foire. J'eus un regard pour mes fauves, mi triste, mi compatissant. Je n'y étais pour rien, mais je m'en voulais toujours qu'ils soient ainsi privés de liberté, même si je m'acharnais à leur rendre l'existence la plus agréable possible.
Mais rien n'équivaut au plaisir de faire ce que l'on veut, et d'aller où l'on désire, quand on le désire... Les barreaux d'une cage...

*Tu vires dramatiques poulette ! Arrête les films...*

Ce n'était pas entièrement faux, d'ailleurs, j'enchaînais une question un peu plus directe à laquelle la jeune femme répondit à nouveau à côté, ce qui m'agaça deux fois plus !

Ca tu l’as dit… pour travailler avec la nature il faut avoir des particularités… que les autres ont pas… comme, aimer les animaux, leurs cries, toujours être prête à être en adoration face aux plantes… pour moi…

Alors là, elle le faisait forcément exprès, mais en même temps avoir une aigle prudente n'était pas de trop. Entre ma cousine et Iris, j'étais plutôt mal lôtie dans mon clan. Heureusement qu'il y avait Aedan...

*Stop ! Concentration !*

Oui, il ne fallait pas que je commence à laisser mes hormones prendre le dessus, on n'était pas à une avant-première de Twilight non plus, et cela faisait quelques années que je n'étais plus une adolescente !
Heureusement, l'étrangère plutôt familière reprit, et me lança enfin une corde que je ne tardais pas à saisir.

— Ce que je ne comprends pas c’est que… j’ai une sensation bizarre. J’ai l’impression de te connaître, mais c’est la première fois que je te vois de ma vie…

J'eus un demi-sourire compatissant et à la fois apaisant. Enfin, ils se voulaient ainsi, je ne suis pas certaine de ce qu'elle en comprit elle après tout !

_ C'est une question d'instinct, je pense. Moi aussi ça me faire pareil. J'imagine que c'est à cause de certains gènes que nous avons en commun.

Brusquement un terrible doute me saisit : savait-elle seulement ce qu'elle était ? Si non, et si je lui disais que moi aussi j'étais une Aigle, elle me regarderait certainement de travers...

*Ah bon sang ! Mais pourquoi faut-il que tout soit toujours aussi compliqué !!*
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
« Les apparences . . . »
Invité

MessageSujet: Re: Quand travail rime avec surprise [pv Kristina Wilson]   Mer 14 Juil - 15:58

Il mettait difficile de parler de ce que j’étais. Seulement ma famille était au courant et jamais je n’avais rencontré d’autres personnes animorphes. J’étais certaines qu’il y avait d’autre Femme-Aigle dans Everstown, mais je ne me suis jamais penchée sur la question, aimant mieux ma vie normale d’humaine. Cependant, maintenant qu’elle était devant moi et que j’avais cette sensation bizarre, je ne pouvais revenir en arrière et faire comme si rien ne s’était passé. Isleen était peut-être là pour m’aider dans cette situation. Je lui devais bien cela. Cela ne me fit pas rien quand elle me déclara que nous avions peut-être un gène en commun. Je savais qui j’étais, mais c’était la première fois que je pouvais dire qu’il y avait une Femme-Aigle devant mes yeux.

Mes yeux annonçaient mon étonnement face à cette déclaration ou cette supposition qu’elle venait de me faire. La seule chose que je pouvais faire c’est de ne rien dire. J’avais tellement un blocage concernant mon identité! D’autres auraient dit que je suis extrêmement prudente, mais moi je me voyais comme les deux. Je ne voyais pas les minimes signes qu’Isleen pouvait m’envoyer. Son expression faciale quand il y avait une chose que je disais, qui ne faisait pas son affaire.

Je lui souris ne sachant plus quoi lui dire. Ce n’était pas l’envie qui me manquait de lui dire : « Je suis un aigle, désolé pour les cachotteries », mais je me ravisai. J’avais ce blocage quoi! Il n’y avait qu’une solution que je pouvais faire pour lui dire qui j’étais. Jouer aux devinettes! Comme si elle allait me prendre au sérieux après. Non, je devais le faire, lui dire, je ne voyais pas comment dire en présentant ma main : « Bonjour, Kristina Wilson, animorphes ! » Je devais trouver un moyen pour le lui dire en douceur.

— Je suis… extrêmement prudente. C’est peut-être pour ça que j’ai de la difficulté à dire qui je suis vraiment. J’avais de la misère avant… dans les classes de lycée à dire qui j’étais avec mes qualités et défauts. Et, j’ai de la difficulté à m’affirmer devant un groupe ou une personne qui m’est inconnue.

J’espère qu’elle comprenait ce qui m’était difficile de faire. J’étais convaincue qu’elle était comme moi.

— Tu sais… pendant ces trois années, j’ai cru que j’étais la seule. Et savoir que tu as aussi un… une…

Je ne la regardais plus dans les yeux comme si son regard faisait que me gêner qu’autre chose. Je soupirais et le dit enfin.

— C’est un soulagement de savoir qu’il y a quelqu'un d’autre que moi dans le ciel.

Je soupirais. C’était la première fois que je le disais à quelqu’un mis à part mes parents qui n’avaient pas eu le gène. Je n’avais personne et maintenant, il y avait Isleen qui semblait bien déterminé à savoir mon identité. Je la regardais maintenant dans les yeux en soupirant comme si je m’étais enlevé un poids sur les épaules depuis ces trois longues années. Il y avait quelqu’un d’autre comme moi. J’étais soulagée.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
« Les apparences . . . »
Invité

MessageSujet: Re: Quand travail rime avec surprise [pv Kristina Wilson]   Mer 21 Juil - 8:27

HRPG : Désolée pour l'attente, mais j'ai été vraiment débordée cette semaine. Mea culpa.


La pauvre jeune femme savait difficillement quoi me répondre. Il faut avouer que la situation avait de quoi destabiliser, et que les affirmations à demi-mots n'aidaient en rien. En même temps, ni elle ni moi ne pouvions formuler à voix haute ce que nous étions, avant tout par instinct de préservation, et ensuite parce que nous nous trouvions dans un lieu public, il ne fallait pas l'oublier.

— Je suis… extrêmement prudente. C’est peut-être pour ça que j’ai de la difficulté à dire qui je suis vraiment. J’avais de la misère avant… dans les classes de lycée à dire qui j’étais avec mes qualités et défauts. Et, j’ai de la difficulté à m’affirmer devant un groupe ou une personne qui m’est inconnue.

La solitude dans sa condition... Je ne pouvais qu'imaginer ce que cela faisait puisque j'étais issue d'une lignée de sang pur. Autrement dit, ma grand-mère maternelle n'avait eut de cesse de me surveiller du coin de l'oeil en attendant le moment où; ineluctablement, j'aurais besoin de réponses. De plus, lorsque j'avais mutée, Aedan était déjà l'un des nôtres depuis plusieurs années. Il avait pu me guider très rapidement et je n'avais volé seule que la toute première fois. Ensuite, il avait été là, à chaque battement d'ailes (et de coeur), pour me guider.

*Tu retombes dans le mélo mêlé d'hormones...*

Ahem... Oui, ce n'est pas faux...

— Tu sais… pendant ces trois années, j’ai cru que j’étais la seule. Et savoir que tu as aussi un… une…

La pauvre ! Elle me faisait la confession peut-être la plus délicate de sa vie et moi pendant ce temps là je m'égarais ! Décidément, Aedan me déconcentrait beaucoup trop, ça n'allait pas !

— C’est un soulagement de savoir qu’il y a quelqu'un d’autre que moi dans le ciel.

Ah bah voilà ! Nous y étions !
Je me mis à sourire avec l'intention manifeste de la rassurer et j'ajoutais sans me départir de mon sourire :

_ Je te comprends. J'imagine qu'on doit se sentir parfois très seul là-haut, bien que ce ne soit pas mon cas, puisque je ne suis pas une solitaire.

Dans d'autres circonstances, on aurait pu prendre ça pour de la haute trahison, puisqu'après tout je lui parlais des miens. Mais étant donné qu'elle était comme nous et que je comptais bien, si elle le souhaitait, lui présenter mon clan, je n'eus aucune hésitation. Après tout, nous étions "en famille", bien qu'il faille toujours se montrer vigilant, y compris avec sa propre famille. Après tout, on ne la choisit pas, et il est compliqué de s'en départir...

_ Tu l'es toi ? Seule, je veux dire. Personne n'a pu... Te guider ?

Curiosité, curiosité. Un bien vilain défaut ou une qualité, tout dépend du contexte. Ici, ça prenait aussi la forme d'une offre déguisée. Etant l'Alpha, il était de mon devoir de guider tout aigle qui le souhaiterait. Restait à voir si elle en avait l'envie, et le besoin...


Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
« Les apparences . . . »
Invité

MessageSujet: Re: Quand travail rime avec surprise [pv Kristina Wilson]   Ven 23 Juil - 21:23

HORS-RPG : désolé pour l’attente… j’ai bien fait d’attendre, je manquais un peu d’inspiration avant ce soir.

— Tu veux dire qu’il y en a d'autres? Combien??!! Dis-je précipitamment impatiente tout d’un coup lui coupant presque la parole. Désolée, je vais me calmer un peu. Tu es la première que je rencontre depuis 3 ans. Je suis heureuse.

Me rappelant qu’elle m’avait posé une question, je lui répondis, mais j’espérais seulement qu’elle comprenne ma situation. Je ne savais pas tellement l’histoire des aigles, je savais simplement mon but d’être aigle, et que je devais le cacher. Alors, savoir qu’Isleen était dans une meute, cela me permit de me sentir plus entourée par une même race que moi.

— Ma grand-mère était là pour moi à ma première transformation. Elle m’a guidée un peu à travers ce qu’elle savait des aigles. Elle en était une jusqu'à tant qu’elle arrête de se transformer pour avoir une vie normale. Quand mes parents lui avaient dit que je faisais une forte fièvre, elle est venue me voir et m’a presque tout appris sur ce que j’étais, mes origines. Mais sinon, je suis seule depuis ce temps en essayant de faire du mieux que je peux pour sortir l’aigle qui vit en moi.

J’acceptais totalement que j’étais différente des autres. Je n’étais plus humaine, mais animorphe.

— Donc si tu n’es pas solitaire comme moi, alors tu es dans une meute? Je n’arrive pas à croire que je ne vous aie pas croisés dans le ciel auparavant. Il est vrai que je ne me transforme pas tellement souvent, mais tout de même, me dis-je finalement tout haut.

J’avais l’air d’une petite enfant devant une distributrice à bonbons. Tout ce qu’elle me dirait, je le savourerais. J’étais aux anges. Je baignais sur un petit nuage… OK OK, je crois que vous avez compris comment je me sentais présentement de savoir qu’il y en avait d’autres et qu’Isleen m’avait « trouvée ».

— Emm… ma question va te sembler bizarre, mais… pourrais-je… eeem…

Comment le formuler? Elle allait me prendre pour une colleuse, j’en étais certaine. D’autres m’auraient dit sûrement de faire de l’air. Je savais qu’il y en avait d’autres, mais je crois que j’avais baissé les bras après une année. OK, il était vrai que je n’avais pas cherché, j’aurais pu, mais le temps me manquait et j’avais ma vie de famille également.

— Crois-tu que… je pourrais voler à tes côtés un de ces jours? Cela doit faire une heureuse sensation… désolé, je n'aurais pas du te demander ça... tu dois me trouver collante… oublie…

Si j’avais pu creuser un trou pour m’enterrer, je l’aurais fait. J’avais maintenant les joues rouges comme une tomate. Je ne savais plus où me mettre. Je venais de me rendre compte pour une personne qui avait de la difficulté à s’affirmer, je parlais bien de moi depuis tout à l’heure… J’espérais seulement qu’elle ne le prendrait pas mal.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
« Les apparences . . . »
Invité

MessageSujet: Re: Quand travail rime avec surprise [pv Kristina Wilson]   Lun 26 Juil - 9:54

— Tu veux dire qu’il y en a d'autres? Combien??!!

La réponse avait fusée plus vite et plus vivement que je ne l'aurais pensé, ce qui me causa un léger sursaut et réveilla un des fauves qui protesta d'un léger cri derrière nous. Nous étions à l'heure de la sieste, et les animaux n'aiment pas qu'on les dérange. La jeune femme se reprit néanmoins d'elle-même.

_ Désolée, je vais me calmer un peu. Tu es la première que je rencontre depuis trois ans. Je suis heureuse.

Je lui souris. Je ne pouvais qu'imaginer, en effet, son soulagement. Les explications arrivèrent tranquillement juste après et je les écoutais avec attention. Je savais qu'il me faudrait les répéter aux autres membres de la meute quand je leur parlerais de Kristina (heureusement qu'elle portait un badge j'avais déjà oublié son prénom, à moins qu'elle ne me l'ait pas donné. Peu importait !).
Je savais déjà qu'Aedan me reprocherait d'avoir cédé à mon impulsion d'aller la voir et surtout de lui parler d'eux...

— Ma grand-mère était là pour moi à ma première transformation. Elle m’a guidée un peu à travers ce qu’elle savait des aigles. Elle en était une jusqu'à tant qu’elle arrête de se transformer pour avoir une vie normale. Quand mes parents lui avaient dit que je faisais une forte fièvre, elle est venue me voir et m’a presque tout appris sur ce que j’étais, mes origines. Mais sinon, je suis seule depuis ce temps en essayant de faire du mieux que je peux pour sortir l’aigle qui vit en moi.

La suite s'enchaîna de façon logique. Je m'attendais à cette question, et je m'étais déjà préparée à y répondre, histoire de limiter les dégâts et les réprimande.

*De toute façon, Aedan est bien gentil mais c'est toi le chef Isleen ! Il est plus que temps que tu t'affirmes en tant que telle*

Mais c'était là un sujet fort délicat...

Donc si tu n’es pas solitaire comme moi, alors tu es dans une meute? Je n’arrive pas à croire que je ne vous aie pas croisés dans le ciel auparavant. Il est vrai que je ne me transforme pas tellement souvent, mais tout de même.

_ Nous sommes plusieurs en effet, mais nous patrouillons par intermittence histoire d'être plus discrets. Visiblement, nous avons réussi sur ce point, par contre le fait que nous ne t'ayons pas repéré me pose un soucis tactique. Il faudra que je revois ça.

Je rangeais cette tâche dans un coin de mon esprit. J'en parlerais à Aedan. D'ailleurs, j'étais tellement pensive que je ne sentis pas un malaise revenir chez Kristina.

Emm… ma question va te sembler bizarre, mais… pourrais-je… eeem…

Je la regardais pour l'encourager à poursuivre puisque, vraiment, je ne voyais pas où elle voulait en venir...

— Crois-tu que… je pourrais voler à tes côtés un de ces jours? Cela doit faire une heureuse sensation… désolé, je n'aurais pas du te demander ça... tu dois me trouver collante… oublie…

La pauvre, elle était sans conteste gênée. Je lui souris le plus gentiment possible et m'empressait de répondre.

_ Non, ne t'excuse pas ! Au contraire, je crois que je te l'aurais proposé. Naturellement, il y a des règles dans mon clan, mais c'est une autre histoire. Par contre, simplement voler ensemble oui, pourquoi pas ? Je ne peux pas m'engager pour les autres, ils sont sous mes ordres mais ils verront ce qu'ils voudront faire. Je vous présenterais. Tu sais quoi ? Je vais prendre tout de suite ton numéro et je t'appelerais ce soir, quand j'en aurais discuté avec eux, ça te va ?

Je ne cherchais pas à couper court à la discution, je voulais simplement planifier la suite. De plus, ma pause n'était pas indéfinie et je ne voulais pas avoir d'ennuis ou en causer à Kristina.
Surtout que nous ne pouvions pas parler de tout ici, c'était vraiment trop dangereux.

*Super, tu rencontres une inconnue à qui tu révèles ta nature. Tu lui parles des autres, tu promets de les présenter et tu fais le tout dans un endroit public. Aedan va être ravi !*

Et il n'aurait pas forcément tort. J'étais vraiment trop imprudente !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
« Les apparences . . . »
Invité

MessageSujet: Re: Quand travail rime avec surprise [pv Kristina Wilson]   Ven 30 Juil - 14:08

Un léger poids ne pesait plus sur mon cœur. J’étais un peu soulagée. Ce fut pour moi une première depuis que je lui avais annoncé que je voulais voler avec elle. Une autre question me trottait dans la tête, mais je ne la posais plus. Je regardais ma montre. J’avais dépassé largement ma pause et je devais retourner à mon travail bientôt sinon j’aurais sûrement des ennuis et elle aussi. Plus elle que moi, parce que moi les plantes resteront là quoi qu’il se passe, mais ses fauves seront de mauvaise humeur. Je pensais trop comme d’habitude. Toute cette histoire commençait à débouler dans ma tête, mais je devais garder mon calme. Vous ne pouvez pas savoir comment j’étais aux anges de rencontrer quelqu’un d’autre de ma race. J’étais heureuse, mais cette joie ne valait pas la peine que je perde mon emploie.

« Il y a des règles dans mon clan, mais c'est une autre histoire. »

Un clan. Je rêvais déjà d’en faire parti et j’avais déjà mes craintes qu’ils ne m’apprécient pas. C’était quoi mon problème? Je réfléchis trop à l’avance, voilà mon problème.

« Je ne peux pas m'engager pour les autres, ils sont sous mes ordres, mais ils verront ce qu'ils voudront faire. Je vous présenterais. Tu sais quoi? Je vais prendre tout de suite ton numéro et je t'appellerais ce soir, quand j'en aurais discuté avec eux, ça te va? »

— Eee oui, tout à fait.

Je lui donnais mon numéro de téléphone à la maison. J’étais même heureuse de le faire. Savoir qu’elle me contacterait et qu’elle parlera de moi à son clan. Au fond de moi, je voulais en faire partie. C’était évident, toute cette nouveauté était si excitante.

Je regardais pour une troisième fois ma montre.

— Je crois que nous devrions retourner à nos postes respectifs. Nous avons dépassé largement notre 15 minutes de pauses et je ne veux pas nous attirer des ennuis à toutes les deux.

Je pris une pause. Je la suivais dans les corridors du département des fauves. En réfléchissant. J’avais ma bouteille à la main et elle était à peine bue. Je pris une gorgée et me racla la gorge.

— Je vais prendre ma pause de dîner vers 12 h 30… si tu veux, on pourrait la prendre ensemble.

Je me sentais terriblement collante. Je ne voulais pas l’être, pas celle qui dépend des autres. Je voulais rester libre, mais le fait de savoir que je n’étais pas seule c’était impossible de faire passé ça bien. Je crois que c’était que je m’étais sûrement trouvé une fille de mon âge. Depuis Samara et Anne, je n’ai pas tellement trouvé des amies. J’étais en famille. Millie occupait la majorité de mes soirées de fin de semaine. J’aidais ma mère dans la maison et mon père à l’extérieur, parfois à son travail. Je n’avais pas le temps de penser à mes besoins personnels.

Cela était surtout que je ressentais une familiarité avec Isleen, comme si, nous étions de la même famille. J’espérais seulement qu’elle tienne parole.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
« Les apparences . . . »
Invité

MessageSujet: Re: Quand travail rime avec surprise [pv Kristina Wilson]   Ven 30 Juil - 17:11

HRPG : On peut enchaîner la pause de midi ici, ça évitera de refaire un topic de suite au même endroit. Non ?

Comme prévu, elle me donna son numéro. Quoi de plus normal après tout ? Je voyais nettement sa joie de n eplus être seule et son excitation à l'idée de rencontrer les miens. J'espérais de tout coeur que les autres partageraient mon étrange sensation de familiarité et qu'ils lui laisseraient au moins une chance de faire connaissance. Après tout, elle était comme nous, même si je ne savais pas très bien par quelle branche. Mais après tout, j'étais loin de connaître mon arbre généalogique sur plusieurs siècles !
Et puis parfois, les hasards de la génétiques...

Je crois que nous devrions retourner à nos postes respectifs. Nous avons dépassé largement notre 15 minutes de pauses et je ne veux pas nous attirer des ennuis à toutes les deux.

Elle avait parfaitement raison. Personnellement, j'étais réputée pour ne prendre que très peu de pauses. Passionnée par mon métier, je n'en avais pas besoin. Etre ici ne relevait pas de la corvée pour moi. Et puis, j'aurais toujours pu amadouer mon patron, qui était presque un ami. Mais pour elle, en effet, mieux valait retourner au travail.

_ Tu as raison. C'est vraiment très agaçant de devoir couper la discution comme ça, mais on a pas trop le choix.

Je réfléchissais déjà à notre prochaine entrevevue, quand j'aurais parlé aux autres. S'ils ne souhaitaient pas la voir, ou s'ils préféraient que je me renseigne plus sur elle avant de dévoiler leurs identités, je la retrouverais seule à seule. Quoique, j'étais presque certaine qu'Aedan me suivrait, juste pour garder un oeil sur moi.

*Des fois que je ne sache pas me battre, je ne suis qu'Alpha après tout !*

Mais bon, ça ne m'agaçait qu'à moitié qu'il me porte autant d'attention...

— Je vais prendre ma pause de dîner vers 12 h 30… si tu veux, on pourrait la prendre ensemble.

Là elle me devançait, mais en bien ! Je notais aussitô son air hésitant. Avais-je donc l'air si impressionnante ? Il ne me semblait pas ! Avec ma taille moyenne et l'absence partielle de muscles, je n'avais pas grand chose pour faire peur, mais bon... A moins tout simplement qu'elle ne se mettre toute seule la pression, ce qui était plus plausible.

_ Pourquoi pas, oui ! Bonne idée ! Ecoute, tu n'as qu'à me rejoindre devant la cage aux lions à 12h30 et on se posera quelque part.

J'hésitais une seconde puis lui demandais tout de même.

_ Euh... Si la présence des félins te dérange dis-le, on ira ailleurs. Je sais que certains d'entre nous ont du mal avec les fauves, ce qui est dans l'ordre naturel des choses, après tout ces bêtes-là nous croqueraient toutes crues si elles en avaient l'occasion.

Preuve, s'il en fallait, que, même chez les animorphes, je n'étais pas normale !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
« Les apparences . . . »
Invité

MessageSujet: Re: Quand travail rime avec surprise [pv Kristina Wilson]   Dim 1 Aoû - 1:17

« Euh... Si la présence des félins te dérange, dis-le, on ira ailleurs. Je sais que certains d'entre nous ont du mal avec les fauves, ce qui est dans l'ordre naturel des choses, après tout ces bêtes-là nous croqueraient toutes crues si elles en avaient l'occasion. »

Je faiblis à cette pensée. J’étais un peu mal à l’aise. Les félins n’étaient pas ma meilleure passion. J’aimais mieux les animaux moins féroces où l’on pouvait s’approcher sans danger.

— J’aimerais mieux un endroit plus… disons que les félins… Il y a un beau coin d’ombre près des tables à pique-nique près de l’accueil, dis-je pour changer de sujet assez rapidement. On se rejoindra là. Ce n’est pas aussi achalandé qu’à l’intérieur du zoo.

Après avoir dit « au revoir » à Isleen, je me dirigeais vers la sortie du coin des fauves en lui faisant aller la main.

Mon travail était toujours là quand j’étais de retour. J’avais laissé Isleen quelques instants plus tôt. J’étais toute énervée par la grande surprise que j’avais eue ce matin. Je croyais qu’il était tout à fait normal que je sois tout excitée par cette découverte. Un autre de ma race. Je me rendis perdue dans mes songes vers une autre plate bande pour y enlever les mauvaises herbes dans le coin des tables à pique-nique. Je n’arrivais pas à m’enlever cela de ma tête. Si c’était moi, je crois que j’aurais tout lâché pour pouvoir parler plus amplement à Isleen, mais qu’est-ce que l’on aurait pu raconter d’autres en privé? Je ne savais pas. Je savais simplement que j’avais envies de la connaître. Faire connaissance. Je me sentais proche d’elle et j’avais envie de savoir son passé. Même si je trouvais cela ridicule d’un côté, mais bon. Le reste de la matinée passait terriblement vite. L’heure avançait et c’était presque le temps de partir pour aller vers le point de rendez-vous.

Avec mon sac à dos, je me dirigeais vers l’accueil, vers l’endroit où j’avais dit à Isleen. J’avais enlevé ma badge indiquant que je travaillais au zoo pour pouvoir passer mon temps de dîner en paix comme si j’étais un tourisme aussi qui profitait du bon temps. J’avais tout de même le droit de relaxer comme les autres. Je n’étais pas une machine à arracher des mauvaises herbes, une machine ne pourrait pas prendre soin des plantes comme je le faisais de toute façon, délicate et attentionnée.

Bon assez parlé de machine… je marchais vers la bonne direction et l’endroit où il y avait de l’ombre pour l’installer accoté sur l’arbre. Je sortais de mon sac mon repas et commençait par les légumes en attendant ma future amie.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
« Les apparences . . . »
Invité

MessageSujet: Re: Quand travail rime avec surprise [pv Kristina Wilson]   Dim 1 Aoû - 9:49

HRPG : Mais non ! Aucun soucis !

Je ne pus m'empêcher de rire quand elle proposa un lieu alternatif pour déjeuner. La pauvre, heureusement que j'avais pensé à le lui demander, sans quoi elle se serait sentie mal pendant une bonne heure !

_ Ok, pas de soucis, tant que c'est un coin tranquille pour discuter, ça me va, lui lançais-je.

Elle partit peu après et je restais un instant à regarder la pièce vide. Le hasard fait parfois des surprises, mais celle-ci ne me semblait pas mauvaise. Si je pouvais apporter du soutien à une de mes semblables solitaires, la journée ne serait pas perdue. De plus, une nouvelle recrue ne serait pas de trop pour patrouiller, si bien sûr elle acceptait de le faire. Et pas avant qu'elle ait reçu un entraînement adéquat. Je n'avais encore jamais perdu un des miens, mais je ne tenais pas à commencer, surtout pour un manque idiot de patience ou de précaution.
Enfin, là, je tirais des plans sur la comète ! Il fallait déjà qu'elle accepte, et pour cela j'espérais qu'elle savait ce à quoi nous sommes destinés, parce que si en plus je devais lui parler des vampires et des lycans... Mais il fallait aussi que dans le clan on accepte une nouvelle recrue. Bon, je ne voyais pas pourquoi ils refuseraient et surtout, du moment que moi je l'avais accepté ils seraient bien obligés d'en faire de même.

*Je déteste donner des ordres !*

Ou plutôt, non, j'aime le fait d'être la chef, mais je n'aime pas passer en force. J'aime que mes décisions soient suffisamment claires et raisonnables pour qu'on les accepte sans (trop) discuter. Je soupirais malgré moi. J'entendais d'ici Aedan, qui serait le plus compliqué à convaincre probablement. Foutu conflit génétique !
Un des félins poussa un cri pour me rappeler à lui.

_ Oupss ! Oui mon bébé, j'arrive !

J'avais la fâcheuse tendance de parler à mes fauves. Ca avait surpris au début, mais c'était ma technique. Parfois, ce n'était qu'une suite de sons intelligibles, parfois c'était des paroles de chansons, parfois de véritables phrases. L'important c'est toujours le ton. Là, par exemple, quand j'entrais dans la cage pour changer la litière intérieure des lions, je murmurais tranquillement et l'animal me regardait avec un mélange de respect de dédain, comme souvent. Il faut toujours surveiller ses arrières, et plus encore dans ce cadre précis.

_ Ca va deux minutes espèce de gros balourds. Y'en a qui ont une vie et qui ne passe pas leur temps à ne rien faire, tu sais ? Hum... Je t'envie, j'aimerais pouvoir être aussi flemmarde que toi...


Jamais encore je n'avais été attaquée ou blessée par un fauve, mais je ne tenais pas à tenter l'expérience. C'étaient les risques du métier, mais je considérais qu'avec suffisamment de prudence, il n'y avait aucun danger. Je ne faisais JAMAIS confiance aux animaux, même si je les appréciais sincèrement. Contrairement aux animaux domestiques, mes fauves demeuraient des êtres sauvages, et leur instinct les poussait à me manger. C'était aussi simple que cela.
Après avoir changé l'ensemble des litières, je refermais tout à double tour et partis me changer. Il y a mieux que de sentir le fauve pour retrouver quelqu'un à déjeuner.

*Le jeu de mot pourri !!*

Je souris en passant un jean et un tee-shirt qui me feraient passer aux yeux de tous comme le commun des visiteurs. Je reprendrais mon uniforme de soigneur un peu plus tard. J'avais en sainte horreur sa couleur jaune qui ne m'allait pas du tout. Je sais, c'est idiot tant de coquetterie, mais tout de même. Il aurait pu être bleu (mais alors j'aurais été chez les animaux marins), vert (chez les oiseaux) ou blanc (les agents d'accueil). Qui avait décidé que les fauves seraient associés au jaune ? Et pourquoi les oiseaux avaient le vert d'abord ? Vous pouvez me donner une seule raison valable ? C'était totalement arbitraire !

Je laissais derrière moi ces considérations pas très importantes et faisais un saut par les quartiers des soigneurs animaux. Etant donné qu'ils étaient bien plus nombreux que les soigneurs félins (où j'étais la seule professionnelle titullaire), ils possédaient une cuisine tout confort, ainsi qu'un immense frigo où l'on m'avait gentimment autorisé à ranger mes déjeuners. Je sortis une salade maison ainsi qu'un énorme sandwich et une petite bouteille.
On a du mal à le croire quand on me voit, et je sais que ça énerve pas mal de femmes, mais je mange toujours comme quatre... Et je ne prends jamais un gramme !
J'arrivais au lieu de rendez-vous avec un large sourire. Il est des petits avantages de la nature qu'on savoure pleinement (même si personnellement je me trouvais trop maigre et plutôt moche !).
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
« Les apparences . . . »
Invité

MessageSujet: Re: Quand travail rime avec surprise [pv Kristina Wilson]   Lun 9 Aoû - 14:30

J’étais perdue dans mes songes. Mon morceau de piment rouge à moitié dans la bouche en train de pensée ce qu’il pourrait advenir de cette histoire. Ce qui pourrait arriver c’était d’être dans sa meute. J’étais heureuse à cette idée. Mettant retrouver seule pendant trois années entières m’avaient fait réfléchir qu’il faudrait que je me débrouille seule. Je savais pourquoi j’avais ce gène. Je savais tout de mon espèce, mais je ne mettais jamais fait à l’idée que je pourrais rencontrer une autre personne comme moi. J’étais heureuse d’avoir pris cet emploi. Ma grand-mère avait bien des dictons, mais c’était l’un des seuls que je répétais sans cesse : « Tout n’est pas hasard. Il y a une raison pour chaque chose et rien n’arrive pour rien. » L’autre dicton que je suivais à la lettre c’était à propos de ma race. Mamie Martha savait bien que je serais confrontée un jour à quelque chose. Je me demandais soudain, si elle n’avait pas des dons… brefs, elle me disait : « Quoi que tu sois… tu es la seule qui prend tes propres décisions. Même si Animorphe veut dire chasseur de vampires et lycans…, ta race ne choisit pas ce que tu fais de ta vie… c’est ton cœur qui le décide. » Elle avait totalement raison. Je devais toujours garder à l’esprit que je suis une personne et non un animal.

Isleen était en train d’arriver, j’aurais dû la sentir arriver, mais j’étais tellement concentrée sur ces dictons que je ne me concentrais même plus sur ce que je faisais. Le piment à moitié dans ma bouche, près à être croqué, mais pourquoi je fixais une voiture où je n’étais même pas capable de dire la couleur tellement, elle n’était pas importante. Une fille alla s’asseoir en face de moi et je sursautai à en bondir de cinq centimètres sur le banc. Mon piment tomba sur la table à pique-nique où j’avais pris soin de mettre une couverture propre couvrant la table pour que ce soit plus propre. Je mis ma main sur ma poitrine pour calmer mon cœur qui s’affolait.

— Fais plus de bruit la prochaine fois que tu me vois en transe comme ça.

Je soupirais pour reprendre mon souffle. S’il y avait quelque chose que je détestais, c’était les gens qui arrivaient devant ou surtout derrière toi et qui faisaient « Bou, je t’ai fait peur, hen ?» Ce n’était pas la faute d’Isleen, je ne pouvais pas lui en vouloir. J’étais trop perturbée. Je devais aller voir ma grand-mère pour lui dire ce qui j’avais trouvé après mon travail. Elle serait sûrement heureuse pour moi. Pour l’instant, je regardais Isleen et je ris pour détendre un peu l’atmosphère.

— Tu m’as fait une de ces peurs! Je réfléchissais trop, je crois… j’étais vraiment dans ma petite bulle à réfléchir au dicton à ma grand-mère...

Je reprenais peu à peu ma respiration en calmant mon petit cœur. J’étais ravie de voir qu’Isleen était revenu me voir pour le repas du midi. Je savais que cela serait encore court, mais je voulais à tout prit le passer avec elle. Après ce que j’avais appris, je le voulais plus que tout.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
« Les apparences . . . »
Invité

MessageSujet: Re: Quand travail rime avec surprise [pv Kristina Wilson]   Ven 13 Aoû - 9:32

Je ne suis pas quelqu'un de particulièrement discrète au naturel, mais il est vrai aussi que je suis plutôt frêle de constitution. Enfin quand même, en général, quand je m'approche de quelqu'un, cette personne le remarque ! Visiblement, Kristina était trop plongée dans ses pensées pour se faire.
Je pouvais parfaitement le comprendre. J'avais du mal à imaginer la surprise que cela devait être pour elle, surtout si elle n'avait jamais entendu parler de clans ou de meutes. En plus, notre rencontre était vraiment incroyable ! Cela donnait matière à réfléchir...
Elle sursauta violemment et je l'imitais. Si un observateur nous avait vu, il aurait probablement trouvé cela comique. D'ailleurs, Kristina se mit à rire, non sans m'avoir lancé au préalable :

— Fais plus de bruit la prochaine fois que tu me vois en transe comme ça.

J'eus un petit sourire pour m'excuser mais elle ne me laissa pas le temps de répondre véritablement puisqu'elle enchaina, une main sur son coeur qui devait battre vite.

Tu m’as fait une de ces peurs! Je réfléchissais trop, je crois… j’étais vraiment dans ma petite bulle à réfléchir au dicton à ma grand-mère...

Cette fois, je répondis, non sans me départir de mon léger sourire.

_ Désolée, je n'avais pas réalisé que tu étais si loin. Un dicton ? Et lequel ?

Mais ce n'était pas là la question que j'avais décidé de lui poser. J'avais réfléchi pendant le laps de temps où nous nous étions séparés. Il fallait prendre le problème à bras le corps, et surtout de façon méthodique. Elle m'offrait involontairement une transition en or.

_ En parlant de ta grand-mère, c'est elle qui t'a initié n'est-ce pas ? Je me demandais ce qu'elle t'avait dit exactement, comme ça je saurais à quoi m'en tenir.

Ca donnait un petit trop militaire à mon goût, aussi j'ajoutais, afin qu'elle ne se méprenne pas.

_ Je n'ai jamais vu un Aigle en dehors du clan. Chez nous, quand une nouvelle mutation se produit, la personne est renvoyée vers nous, et nous nous chargeons de son initiation. Je suppose que tu as dû te débrouiller en grande partie seule, puisque ta grand-mère ne devait plus muter depuis un moment, je me trompe ?

Toute cette histoire me faisait prendre conscience, si besoin en était, de la chance que j'avais eu, moi, d'avoir Aedan pour m'épauler.

*Et c'est repartit ! Aedan ! Aedan Aedan !! Tu ne pourrais pas changer de disque pour une fois ??*

Je tâchais de me concentrer uniquement sur ses réponses.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
« Les apparences . . . »
Invité

MessageSujet: Re: Quand travail rime avec surprise [pv Kristina Wilson]   Ven 13 Aoû - 14:08

Je mettais mise à respirer normalement. J’avais pris le déçu sur mes émotions fortes et j’étais maintenant tout ouverte à son questionnement et ses paroles qu’elle me disait.

« Désolée, je n'avais pas réalisé que tu étais si loin. Un dicton? Et lequel? »
« Tout n’est pas hasard. Il y a une raison pour chaque chose et rien n’arrive pour rien. » Elle était spéciale. Elle me disait souvent quand j’allais la voir que j’étais forte, qu’un jour viendrait où je ne serai plus seule et qu’il fallait que je regarde les signes autour de moi. C’est un peu devin, quand je regarde notre rencontre d’aujourd’hui.

Une petite pause de déroula pendant que je l’imaginais encore. J’étais certaine qu’elle serait ravie pour moi. Il faudrait absolument que j’aille lui parler. Je le devais.

« En parlant de ta grand-mère, c'est elle qui t'a initié n'est-ce pas? Je me demandais ce qu'elle t'avait dit exactement, comme ça je saurais à quoi m'en tenir. »

La conversation tournait un peu au sérieux. C’était le genre de conversation que j’aurais eue en dehors d’un lieu public, comme dans une forêt ou même dans les airs, mais pas ici. Je mettais toujours dit qu’il y avait des yeux partout. Voyant que je ne répondais pas tout de suite vu mon impossibilité à répondre, elle ajouta quelque chose qui m’aide à savoir ce qu’elle recherchait comme réponse et bien évidemment, je me doutais qu’elle me parlerait des Aigles solitaires : je crois bien être la seule qu’elle ait connue dans sa vie.

« Je n'ai jamais vu un Aigle en dehors du clan. Chez nous, quand une nouvelle mutation se produit, la personne est renvoyée vers nous, et nous nous chargeons de son initiation. Je suppose que tu as dû te débrouiller en grande partie seule, puisque ta grand-mère ne devait plus muter depuis un moment, je me trompe? »

— Pour ce qui est de ma grand-mère, elle m’a demandé une fois de lui montrer mon don de transformation, je l’avais emmené dans un lieu où il ne pouvait avoir d’autres yeux que les nôtres, rassure-toi. Si tu l’avais vu, elle était aux anges. Après cette apparition devant elle, elle m’a tout dit en commençant par l’histoire de nos ancêtres, la légende du clan McLean.

Je m’interrompus, je venais tout juste de faire le lien. C’était ces ancêtres, elle avait repris le flambeau des McLean.

— Ma grand-mère, Martha Wilson, ne m’a pas raconté son histoire, elle m’a simplement dit les choses que je t’ai dises, mais je savais qu’elle me cachait quelque chose. Je le sentais puisqu’elle est ma confidente depuis l’adolescence. Elle m’en cache sûrement encore, mais c’est bien normal. Pour ce qui a trait à notre race, je sais que nous protégeons notre espèce et les humains contre les vampires et lycans malfaisants.

J’avais rajouté le dernier mot par habitude. Le fait d’avoir une petite sœur qui être dans l’une des races que je dois chasser n’est pas de tout repos, mais je me suis toujours dit qu’il fallait que je sois prudente avec n’importe qui, une amie, comme un inconnu ou même un membre de la famille. Le dirais-je à Isleen pour ma sœur, je crois que non, je ne la connaissais pas assez pour ça et j’étais trop protectrice pour Millie. Je me mis à bifurquer la conversation comme une pro sans laisser paraître mes songes sur ma sœur.

— Pendant ses trois années, je n’ai pas chassé, mais vivre en humaine en laissant sortir de temps en temps l’animal en moi, quand je le pouvais. Ma grand-mère n’était pas là pour me dire quoi faire, comment voler, j’ai tout appris seule en m’entraînant. Elle était seulement là pour que je lui parle et que j’évacue mon stress d’être une animorphe. Nous avions beaucoup discuté, elle m’a dit que les loups et les lynx faisaient partit du lot contre nos ennemis.

Je cherchais dans ma mémoire et j’entamais ma sandwich après tout le placotage que je venais de faire. Pour avoir l’air plus concret et mon ventre me criait famine surtout. Je recherchais dans ma mémoire pour lui dire quelque chose que je savais, qui serait bénéfique, qu’elle le sache, mais rien ne m’apparut sur le coup.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
« Les apparences . . . »
Invité

MessageSujet: Re: Quand travail rime avec surprise [pv Kristina Wilson]   Mer 18 Aoû - 9:34

_ C’est un peu devin, quand je regarde notre rencontre d’aujourd’hui.

J'eus un sourire. Si elle savait à quel point je croyais en le destin, en le fait que lorsque les choses doivent se produire, elles se produisent. Que le hasard n'est jamais absolu, et qu'il est des choses qu'on doit simplement vivre. Aedan en faisait partie, j'en faisais partie, tout le monde en fait partie.

*Je crois que je l'aimerais bien cette grand-mère !*

La mienne avait été plus... Autoritaire, plus absolue, plus ferme. Plus étouffante aussi. Elle avait piqué une crise quand j'avais voulu déménager pour faire mes études et elle avait exigé que je renonce. Je n'avais pas écouté. Ensuite, lorsque j'avais muté, quand je lui avais raconté qu'Aedan était là en premier, et qu'il m'apprennait les choses, elle m'avait rétorqué sèchement qu'un homme ne dirigerait certainement pas ni ma vie, ni le clan, et que je n'avais pas besoin de lui.

*On se demande pourquoi je ne le connais pas, mon grand-père*

Mais un sujet à la fois. Quand elle avait vu mon regard pour Aedan, elle avait maudit littéralement le jour de sa transformation (à lui) et lui avait fait vivre un véritable enfer. Alors l'idée d'avoir une grand-mère confidente comme ajouta Kristina avait de quoi séduire.
Je l'écoutais attentivement, soulagée sur plusieurs points. Déjà, elle connaissait notre mission, même si elle semblait un peu naïve puisqu'elle avait dit qu'on ne devait s'attaquer qu'aux vampires et aux lycans "malfaisants".

*Comme s'il en existait des gentils...*

Mais bon, une chose à la fois j'ai dit ! Je n'allais pas lui faire peur d'entrée de jeu. Elle savait également pour les autres animorphes, ce qui était encore mieux. Il m'était arrivé d'en croiser. Ou plutôt je l'avais cru sur le moment puisque j'avais ressenti une aura étrange, mais je n'aurais pas pu identifier les personnes que cela concernait. Peu importait de toute façon, nous n'avions pas besoin d'eux. Néanmoins, j'étais certaine qu'il s'en trouvait en ville cela avait quelque chose de rassurant, en cas de besoin.

_ Hum, c'est bien si tu connais déjà l'essentiel, j'avais peur de devoir t'annoncer la nouvelle pour les vampires et les lycans.
J'avais parlé tout bas pour finir ma phrase, non sans véirifier qu'il n'y avait personne alentour, ce qui était le cas. Nous étions parfaitement seules dans un rayon d'au moins dix mètres !

_ De toute façon, chasser seule et sans entraînement aurait été suicidaire, tu as bien fait de t'abstenir, ces choses-là sont très dangereuses.

Je sentis un malaise étrange émaner d'elle mais je le mis sur le compte de la peur, légitime, de ces créatures, plutôt que sur le mépris dans ma voix.

_ Etant donné que nous sommes meilleurs de jour que de nuits, nous nous occupons surtout des vampires, les lycans mutent les nuits de pleine lune et je pense que tu sais ce que vaut notre vision nocturne. Quoi qu'en cas d'urgence, ça puisse toujours arriver.

Le malaise persistait et grandissait, moi je fronçais les sourcils et attaquais mon déjeuner avec appétit.

_ Mais tu ne dois pas t'inquièter de tout cela pour l'instant. Si tu le souhaites, nous pourrons te donner quelques tuyaux pour voler et chasser, mais je sais qu'une grande partie est instinctive. Je suis certaine que tu te débrouilles déjà très bien.

Je poursuivais mon déjuner un moment plongée dans mes pensées puis je lançais, par curiosité.

_ Au fait, tu n'as pas une habilité particulière depuis que tu es animorphe ? Une sorte de don, un pouvoir, un truc dans le genre ?

J'étais la seule du clan et je ne savais pas bien pourquoi. Cela avait suscité la jalousie de ma grand-mère et l'étonnement de tous. Si par miracle Kristina l'était aussi, on me lacherait probablement un peu les bask !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
« Les apparences . . . »
Invité

MessageSujet: Re: Quand travail rime avec surprise [pv Kristina Wilson]   Mer 18 Aoû - 17:45

Je n’aimais pas la sensation d’être évalué. Enfin, c’était un peu ce qu’on était en train de faire. Évaluer ce que je savais de ma race et ce qui l’englobait. Je mangeais ma sandwich et mes légumes essayant de cacher un peu mon malaise sur « l’évaluation » de la situation.

« Hum, c'est bien si tu connais déjà l'essentiel, j'avais peur de devoir t'annoncer la nouvelle pour les vampires et les lycans. »

J’étais soulagée moi aussi. Quand j’ai appris que ces créatures de la nuit existaient vraiment, je ne pouvais m’empêcher de vouloir en savoir plus sur eux. Je voulais savoir beaucoup. Ma grand-mère me faisait que souligner qu’il existait trois races dans ce monde, les vampires, les lycans et les hybrides. Elle partageait mon idée sur le fait que de toutes les créatures, il y en avait des bienfaisants et des malfaisants. Une personne gentille qui est transformée, à mon avis, cette personne le restera longtemps, même si la race en question est tournée vers le mal. La créature trouvera sa voie dans ce monde.

« De toute façon, chasser seule et sans entraînement aurait été suicidaire, tu as bien fait de t'abstenir, ces choses-là sont très dangereuses. »

« Choses?! » Nous pouvons bien parler. Je crois bien que je commençais a voir mes différences de points de vue avec Isleen. Je ne les prenais pas pour des choses, mais des créatures, tout comme nous. Nous l’étions également. Je crois bien que si je n’avais pas peur de m’affirmer, je pourrais lui dire ma façon de penser, mais je ne le pouvais et je ne voulais pas attirer l’attention sur mon opinion. Elle me demanderait pourquoi je pense ainsi.

À chaque chose qu’elle disait, un souvenir faisait surface. Comme là fois que j’avais suivi Millie, la première fois où je l’ai vu se transformer en lycan. Je l’avais suivi très haute dans le ciel pour ne pas être repérée, je l’avais vu. C’est ensuite qu’elle m’avait dit son secret, j’étais plus en mesure de la croire.

Une petite pause s’était installée entre nous. Quand elle reprit, j’avais un peu repris le contrôle de mon malaise pour laisser place à la curiosité.

« Au fait, tu n'as pas une habilité particulière depuis que tu es animorphe? Une sorte de don, un pouvoir, un truc dans le genre? »

Cette question me fit froncer les sourcils. Je n’y avais jamais porté attention, puisque je connaissais que moi. Je me croyais normale et je ne savais pas bien ce qui ce que je pourrais avoir plus que les autres puisqu’il n’y avait que moi. Cette question fit que je repensais à ce que je savais faire en tant qu’animorphe. Je ne savais pas trop. Je n’en savais rien. Soudain, je me mis à penser à ma grand-mère puisque depuis peu de temps, je réalisais que c’était peut-être son cas, elle pouvait sans doute entrevoir certaines choses du futur. Pourquoi sinon, elle m’aurait dit de me tenir à l’affût des signes qui étaient près de moi?

— Puisque je connaissais que moi, je crois que je n’ai pas porté attention. Est-ce que c’est tout les animorphes qui sont dotés d’un don? Et, est-ce que cela c’est possible qui ne se soit pas encore manifesté?

Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
« Les apparences . . . »
Invité

MessageSujet: Re: Quand travail rime avec surprise [pv Kristina Wilson]   Mer 18 Aoû - 18:55

J'avais espoir. Sincèrement, je voulais y croire. Cela m'aurait simplifié l'existence, et surtout cela m'aurait rassurée. C'était une chose d'être une animorphe, s'en était une autre d'être la chef, et s'en était encore une autre d'être la seule avec un don étrange.
Aedan était celui qui s'en accommodait le mieux. Il tâchait toujours d'éviter diplomatiquement le sujet ou lorsqu'il y était contraint, il l'abordait avec tact.
Je crois qu'il ne comprenait pas pourquoi je vivais si mal cette nouvelle différence. Moi-même je peinais à le définir, mais je ne pouvais pas le nier.
Malheusement, avant même qu'elle n'ouvre la bouche je sus qu'elle allait démentir. Ce fut son étonnement, sincère, palpable, intense, qui répondit pour elle. Parfois, le fait de ressentir les émotions était un avantage, à d'autres, cela devançait simplement les déceptions.
Quand sa voix résonna, je l'écoutais évidemment, mais j'étais à demie plongée dans mes pensées. C'était vraiment dommage.


Puisque je connaissais que moi, je crois que je n’ai pas porté attention. Est-ce que c’est tout les animorphes qui sont dotés d’un don? Et, est-ce que cela c’est possible qui ne se soit pas encore manifesté?

_ Non, soupirais-je. C'est loin d'être caractéristique.

J'eus un petit sourire déçu.

_ En fait c'est tout l'inverse, c'est extrêmement rare. A dire vrai je n'en avais pas entendu parlé, pas même dans les légendes, avant de tomber sur... Un cas.

Je ne sais pas pourquoi je n'avouais pas totalement la vérité. J'étais loin d'avoir honte de ce don, mais je n'aimais pas à me vanter... Ou plutôt, je n'aimais pas à avouer ma différence, surtout dans un contexte déjà marqué par la différence. Je haussais les épaules comme pour laisser le sujet derrière nous.

_ Mais peu importe, j'étais juste curieuse. De toute façon, nous n'avons pas besoin de ça pour être efficaces quand besoin est, surtout quand nous sommes en binôme. Tu verras par toi-même, c'est très sympa de voler en duo... Enfin, si tu t'entends bien avec la personne à côté de toi naturellement.

*Mais pourquoi je dis ça moi ?*

Je continuais à manger, cherchant brusquement comment réorienter la conversation
.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
« Les apparences . . . »
Invité

MessageSujet: Re: Quand travail rime avec surprise [pv Kristina Wilson]   Jeu 19 Aoû - 13:38

« En fait, c’est tout l’inverse, c’est extrêmement rare. À dire vrai, je n’en avais pas entendu parlé, pas même dans les légendes, avant de tombée sur… un cas. » « Mais peu importe, j’étais juste curieuse. »

Pourquoi avais-je cette intuition que c’était d’elle qu’elle était en train de parler? « Un cas » si cela avait été un autre, elle aurait dit un de son clan. Elle ne souhaitait pas en parler sans doute ou je me trompais complètement.

« De toute façon, nous n’avons pas besoin de ça pour être efficaces quand besoin est, surtout quand nous sommes en binôme. Tu verras par toi-même, c’est très sympa de voler en duo… Enfin, si tu t’entends bien avec la personne à côté de toi naturellement. »

Elle s’était tue pour de bon. Je ne savais pas tellement quoi dire, la conversation avait tourné dans le malaise encore une fois et je le sentais un peu, mais je n’y avais pas porté attention plus que cela.

— On ne devrait pas avoir honte de nos différences, elles font parties de nous et si les autres ne sont pas capables de l’accepter, ils ne nous respecteront jamais.

Je parlais en connaissance de cause. Je parlais en toute franchise, aucune crainte. J’étais aussi en train de me confier à Isleen et si c’était d’elle qu’elle parlait tout à l’heure, elle saurait que c’est à elle que je parle directement.

— Ma mère… n’a pas encore accepté que je sois animorphe et pas elle. Le gène à sauter une génération et notre relation est devenu étrange depuis qu’elle sait que je le suis. Mon père dédramatise, mais mère... Je sens quelques fois dans son regard qu’elle est jalouse de moi. Elle me dit que j’ai changé mon comportement vis-à-vis la vie et surtout ma famille, que je suis moins disponible pour elle qu’avant…

Je pris une pause bien méritée après cette révélation qui venait de ce passé la semaine dernière. Je parlais un peu pour moi même. C’était la première fois que j’en parlais, et je dois dire que cela me fit du bien de me vider le cœur.

— Elle n’a pas compris que j’ai moins besoin d’elle qu’il y a 5 ans. J’étais encore jeune et j’avais besoin de soutien. J’ai maintenant 23 ans et j’ai envie d’être seule plus souvent et de m’en aller du nid familial pour « voler de mes propres ailes ».

Mais je ne pouvais pas laisser ma petite sœur tout de suite. Elle avait encore besoin de mes conseils et surtout que je la couvre encore un peu pendant qu’elle était une adolescente. Je m’étais fait une drôle de promesse et je devais en payer le prix.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
« Les apparences . . . »
Invité

MessageSujet: Re: Quand travail rime avec surprise [pv Kristina Wilson]   Dim 22 Aoû - 18:22

— On ne devrait pas avoir honte de nos différences, elles font parties de nous et si les autres ne sont pas capables de l’accepter, ils ne nous respecteront jamais.

Je ne voulais pas en parler. Pas la peine de lancer une phrase joliment tournée pour signifier une ouverture certaine d'esprit je ne voulais pas en parler !
Ce n'est pas vraiment un manque de confiance, je me sentais tellement "connectée" avec Kristina, je pense que je pourais lui faire confiance. Non, je n'aime pas parler de moi, encore moins de mes différences. Voilà c'est tout... Rien à redire...
Pas la peine de chercher des tenants et des aboutissants pseudo-psychologiques. J'ai horreur des questionnements du type "parlez-moi de votre enfance". Je suis comme je suis, et je trouve inutile de chercher pourquoi et comment.

*Tu te répètes poulette...*

Enfin bref, vous m'aurez compris !

— Ma mère… n’a pas encore accepté que je sois animorphe et pas elle. Le gène à sauter une génération et notre relation est devenu étrange depuis qu’elle sait que je le suis. Mon père dédramatise, mais mère... Je sens quelques fois dans son regard qu’elle est jalouse de moi. Elle me dit que j’ai changé mon comportement vis-à-vis la vie et surtout ma famille, que je suis moins disponible pour elle qu’avant…

Je relevais les yeux vers Kristina, le regard teinté de compassion cette fois. Je mesurais ma chance, ma propre mère n'avait jamais jalousé mon don, au contraire. Cette différence avait marqué ses relations avec ma grand-mère, dont j'étais plus proche qu'elle ne le serait jamais. Ma grand-mère avait tenté plus d'une fois de "m'attirer" à elle, aux dépends de ma mère. Je crois qu'elle était déçue de n'avoir jamais pu partager tout ça avec elle. Enfin... Peu importe, tout ceci est loin, et moi avec !

_ Je suis désolée. Je sais que ces histoires sont souvent très compliquées.
Que pouvais-je dire d'autre ? J'aurais eu peur de tomber dans les clichés et les banalités. D'ailleurs, Kristina enchaîna, sur la même lancée.

— Elle n’a pas compris que j’ai moins besoin d’elle qu’il y a 5 ans. J’étais encore jeune et j’avais besoin de soutien. J’ai maintenant 23 ans et j’ai envie d’être seule plus souvent et de m’en aller du nid familial pour « voler de mes propres ailes ».

Cette fois je souris. Ca par contre...

_ Perso c'est ma grand-mère qui refusait de me lâcher les pattes. Elle a même essayait de m'empêcher de faire mes études ! Laisses-moi deviner : tu es l'ainée ? Ou tu es peut-être seule d'ailleurs. Moi je suis la dernière, ma mère n'a eut aucun soucis à me laisser partir.

Je la fixais droit dans les yeux, non sans continuer d'avaler un déjeuner plus que copieux !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
« Les apparences . . . »
Invité

MessageSujet: Re: Quand travail rime avec surprise [pv Kristina Wilson]   Mer 25 Aoû - 0:22

« Laisse-moi deviner : tu es l'aînée? Ou tu es peut-être seule d'ailleurs. Moi je suis la dernière, ma mère n'a eu aucun souci à me laisser partir. »

Je marquais une pause pour savoir ce que je devais ou non lui dire. Après tout, j’étais prudente, même des fois un peu trop à mon goût.

— Tu as à moitié raison, j’ai été enfant unique jusqu’à l’âge de 20 ans… l’age de ma transformation en fait. Puisque ma mère ne pouvait plus avoir d’enfant sans se mettre en danger, le bébé compris, mes parents ont pensé à l’adoption. Alors, cela fait trois ans que j’ai une petite sœur. Enfin…, elle a 15 ans.

Si j’avais eu sa situation familiale, je crois bien que j’aurais été plus libre. Quoique mes parents faisaient tout pour que j’aille une vie normale (un peu d’exagération). Ma mère voulait que je sois autant là pour elle qu’auparavant, mais avant, il n’y avait pas d’aigle. J’étais « normale », maintenant, je suis animorphe et j’ai des responsabilités. Je crois qu’elle ne comprenait pas cela, mais bon. Je me concentrais sur le sujet pour ne pas trop déborder dans mon drame personnel.

— Tu es chanceuse dans un sens. Tu dois te sentir plus libre. Pour l’instant, je reste à la maison pour Millie, mais je parcours les annonces d’appartement pour pouvoir vivre ma vie comme je l’entends. Une année supplémentaire chez mes parents et après… je crois bien que je vais trouver un appartement avant de craquer.

Je me penchai sur ma sandwich que j’avais à peine commencée. Je n’étais pas du style à gaspiller, mais je n’avais pas tellement faim. Je finissais tout de même mes légumes et les fruits que je mettais apporter comme dessert et les petits craquelins. Je regardais ma montre. La pause allait bientôt laisser place au travail. Mes plantes m’attendaient sûrement pour que je m’occupe d’elles.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
« Les apparences . . . »
Invité

MessageSujet: Re: Quand travail rime avec surprise [pv Kristina Wilson]   Mar 31 Aoû - 9:01

— Tu as à moitié raison, j’ai été enfant unique jusqu’à l’âge de 20 ans… l’age de ma transformation en fait. Puisque ma mère ne pouvait plus avoir d’enfant sans se mettre en danger, le bébé compris, mes parents ont pensé à l’adoption. Alors, cela fait trois ans que j’ai une petite sœur. Enfin…, elle a 15 ans.

Isleen la regarda par dessus son sandwich.

_ Vraiment ? Voilà qui est original ! D'ordinaire on adopte plutôt les bébés. Enfin, chacun fait ce qu'il veut, hein ? Le principal c'est que ça convienne à tout le monde.

Elle lui sourit et ne pur sempêcher d'ajouter.

_ Pas trop dur de ne plus être seule ? Je veux dire, moi je ne sais pas ce que c'est que d'être fille unique, mais je sais que mon frère aîné a très mal vécu la naissance de mon deuxième frère. Ils ont trois ans de différences, et visiblement ça a suffi à nourrir une rancoeur tenace.

Puis la jeune femme secoua la tête et soupira.

_ Je te raconte ma vie, et je parle pour ne pas dire grand-chose, excuse-moi. Je suis curieuse et fatiguée.
Kristina poursuivit sur sa lancée.

— Tu es chanceuse dans un sens. Tu dois te sentir plus libre. Pour l’instant, je reste à la maison pour Millie, mais je parcours les annonces d’appartement pour pouvoir vivre ma vie comme je l’entends. Une année supplémentaire chez mes parents et après… je crois bien que je vais trouver un appartement avant de craquer.


_ J'avoue. Parfois, cela m'a pesé, que ma mère ne me couve pas trop s'entends. Mais avec le recul, je réalise que oui, j'ai toujours été très libre. Et pour ce qui est de la liberté... Un appart c'est le pied tu verras ! J'ai eut droit à une chambre universitaire de 9m² pendant 5 ans, je ne te dis pas comme je savoure le fait d'avoir mon propre loft à l'heure actuelle ! Franchement, il n'y a rien de mieux, même si ça veut dire couper les ponts.

Elle lui sourit à nouveau et termina son repas, plus que copieux avant de jeter un oeil à sa montre. Décidément.

_ Oula ! On papotte, on papotte et l'heure tourne. Si je ne retourne pas rapidement dans la fosse aux lions c'est moi qu'ils vont finir par dévorer toute crue, quoiqu'ils n'auront pas grand chose à se mettre sous la dent.

Puis elle releva les yeux vers Kristina.

_ Voilà ce que je te propose : je parle à mon clan, et on se retrouve mettons dans deux jours. Je suis de garde ce soir, je ne sais pas si je pourrais tous les voir. On aura qu'à aller prendre un verre, si tu veux. Ou manger ensemble le soir. En tous les cas, il ne faudra pas poursuivre cette conversation ici, ce n'est pas très sérieux.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
« Les apparences . . . »
Invité

MessageSujet: Re: Quand travail rime avec surprise [pv Kristina Wilson]   Sam 4 Sep - 23:39

« Oula! On papote, on papote et l'heure tourne. Si je ne retourne pas rapidement dans la fosse aux lions c'est moi qu'ils vont finir par dévorer toute crue, quoiqu'ils n'auront pas grand-chose à se mettre sous la dent. » « Voilà ce que je te propose : je parle à mon clan, et on se retrouve mettons dans deux jours. Je suis de garde ce soir, je ne sais pas si je pourrais tous les voir. On aura qu'à aller prendre un verre, si tu veux. Ou manger ensemble le soir. En tous les cas, il ne faudra pas poursuivre cette conversation ici, ce n'est pas très sérieux. »

Je lui souris à cette dernière révélation. Il était vrai que nous n’étions pas très discrètes présentement. Je me le vais de la table à pique-nique et Isleen en firent de même. Je ramassai mes affaires et nous marchions vers le zoo, jusqu’à temps de passé l’accueil. Nous marchions jusqu’à un point fixe et juste avant de nous diviser pour aller dans notre travail respectif, je lui dis ceci.

— J’ai été seulement pendant 3 ans, je peux supporter plusieurs jours encore. Prends ton temps. Et si les autres veulent me rencontrer avant de m’accepter, et bien, je trouverais du temps pour rencontrer tout le monde. Sur ce… je te dis : Passe une belle après-midi et on se redonne des nouvelles, finis-je avec un sourire.

Nous séparions notre chemin, elle allait retourner voir ses félins et pour ma part, je retournais voir mes plantes. J’avais aimé cette discussion au moins, maintenant, je n’étais plus seule. Je savais qu’il y avait d’autres personnes de ma race et au moins une personne sur qui je pouvais compter sans problème. J’avais perçu Isleen comme d’une personne qui serait là pour moi si jamais il m’arrivait quelque chose. Le fait de faire partit d’une meute, cela serait tout nouveau pour moi, mais je crois que c’était du positif. Pendant ces trois années, je mettais sentit seule et abandonnée, maintenant, j’allais bientôt faire partit d’une meute… d'une deuxième famille.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
« Les apparences . . . »
Invité

MessageSujet: Re: Quand travail rime avec surprise [pv Kristina Wilson]   Dim 5 Sep - 13:47

TOPIC TERMINE

HRPG : La suite quand tu veux !
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
« Les apparences . . . »

MessageSujet: Re: Quand travail rime avec surprise [pv Kristina Wilson]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Quand travail rime avec surprise [pv Kristina Wilson]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Quand bar rime avec bagarre! [Elijah - Logan]
» Sujet libre - Quand s'amuser rime avec tuer
» Quand "Tingapour" rime avec "nid de blurps"... [PV Lya, Nybelus, Shinzô, Keylo et Kirya'tylanhem]
» Quand on joue avec le feu, on se brûle.
» quand avouer rime avec souffrir ㄨ Mirka & Xander (terminé)
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Across™ - RPG :: All good things come to an end... :: Corbeille :: Archives-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit
Forum Gratuit