AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Livres numériques contre parchemin [Pv Alexernder W. Jackson]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Invité
avatar
« Les apparences . . . »
Invité

MessageSujet: Livres numériques contre parchemin [Pv Alexernder W. Jackson]   Lun 4 Juil - 21:29

J'étais nerveuse.
Dans le monde fermé des bibliothèques anciennes, il y a peu de bouleversements. Les grands évèneùents consistent en l'arrivée (ou le départ) d'un ouvrage précieux, et son étude qui vous occupe plusieurs moi durant. Aussi, si je ne m'ennuyais pas dans mon travail, je ne pouvais décemment pas le qualifier d'excitant.
Aujourd'hui n'était pas un jour comme les autres ; un petit chamboulement était en marche. Cela avait été décidé par le comité de direction : nous allions procéder à la numérisation de certains ouvrages. Enfin "nous" impliquait un technicien informatique et moi-même. Lui pour faire ce qu'il avait à faire, et moi pour m'assurer qu'il n'endommagerait pas les trésors au passage. C'était ainsi à "nous" de trouver un moyen de numériser, sans détruire, et ce n'était pas une mince affaire.
Chaque livre a sa propre histoire, et chaque livre est unique. Ainsi, chacun devait être traité avec soin, mais avec des soins qui pouvaient varier. Les matériaux avant tout : le velin est beaucoup plus fragile que le parchemin ; de même, le papier pouvait varier considérablement en qualité. Et il était évident que le papyrus supportait beaucoup mieux la chaleur que les pages de certains Incunables. Et c'était sans parler des qualités des encres, des peintures, et tout ce qui était couché sur le support...
J'eus un soupir en caressant du bout des doigts un récit de voyage qui racontait un pèlerinage à Jérusalem en 1531. Véritable "guide du routard" de l'époque, il était empli d'anecdotes et de cartes, de plans et d'explications parfois plus cocaques qu'on pourrait le croire pour un livre écrit par un moine... Le technicien ne devrait plus tarder à arriver. D'un coup d'oeil, je scruttais ma montre. S'il n'était pas encore en retard, il n'était pas en avance non plus. J'espérais simplement que le binoclard probablement boutonneux aurait un tant soit peu de jugeotte et qu'il respecterait mon savoir-faire en écoutant scrupuleusement mes consignes. Dans le cas contraire, je le chasserais manu militari.
Je maudissais tout ceux qui, ayant grandi dans le virtuel, n'avait plus aucun respect pour les trésors du passé, y compris pour certains manuscrits enluminés à la feuille d'or vieux de plusieurs siècles. Si le technicien était de ceux là, j'aurais tôt fait de lui apprendre le respect des Anciens, livres ou humains... J'étais dans une salle de réunion avec le premier ouvrage. J'avais signalé ma présence à la secrétaire et le technicien, s'il était ponctuel, devait arriver d'une minute à l'autre à présent...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
« Les apparences . . . »
Invité

MessageSujet: Re: Livres numériques contre parchemin [Pv Alexernder W. Jackson]   Lun 4 Juil - 23:41

Comme chaque matin, je me levais très tôt pour faire mon jogging et mes exercices pour garder la forme. Cela me faisait toujours du bien avant de commencer une journée. J’avais une journée peu habituelle et je devrais m’habituer à ce rythme de vie. Le patron commençait à me faire confiance vu mon travail plus qu’acceptable. Je devais aller à la bibliothèque pour numériser des bouquins. Le tour du quartier fut terminé et je rentrais pour me débarbouiller. Je me préparais à manger sur le coin de la table avant d’aller mon ordinateur pour quelques programmes de routine avec un bon café. 1 message non lu… « Avant de te rendre à la bibliothèque, viens me voir au centre informatique » signé : ton patron. Qu’est-ce qu’il me veut encore celui-là? pensais-je tout haut.

Je mis un pantalon noir, une chemise blanche et une cravate noire. L’uniforme officiel qui m’avait été décrété pour le boulot. Je vérifiais une dernière fois mes messages et fermait mon ordinateur avec attention. Cellulaire à ma ceinture, lunette fumée pour le soleil du matin. Je pris ma voiture et parti en direction du magasin électronique. Je regardais ma montre… j’allais être en retard… en plus d’aller voir le patron, je devais récupérer mon matériel et me diriger vers la bibliothèque qui était plus loin. Je me garais pas trop loin de la sortie et mal stationné en plus. Je pris l’équipement et mon patron m’aidait à mettre le matériel dans ma voiture.

— Qu’est-ce que tu voulais me dire avant que je parte?
— Je voulais te parler d’un entraînement pour un nouveau…
— On ne peut pas parler de cela un autre jour, je vais être en retard.
— Alexander, je veux simplement savoir si tu peux venir lui montrer le fonctionnement pendant…

Je le regardais droit dans les yeux et lui dit qu’on allait en reparler une autre fois. Je regardais ma montre… J’embarquais dans l’automobile avec mon équipement. Je détestais les personnes qui se prenaient supérieures et qui m’empêchaient de faire mon travail et surtout… d’arriver à l’heure. Je me garais dans le stationnement de la bibliothèque dans un crissement de pneu puisqu’une autre auto venait de sortir brusquement de son stationnement. Je respirais pour me calmer. Je pris ma paperasse, mon matériel que je mis dans un sac à dos avec multi pochettes dans l’autre main. J’allais au secrétariat.

— Bonjour, je me nomme Alexander Jackson… je fais la numération des ouvrages avec une certaine… je cherchais sur mes notes… madame McLean.
— Oui, veuillez me suivre.

Je la suivais dans certains couloirs de l’établissement… Elle me fit signe de la porte en face de moi. Je l’a remerciais et me dirigeait dans le couloir… juste pour me culpabiliser une petite horloge était au dessus de la porte… j’avais 15 minutes de retard! J’ouvris la porte tranquillement et j’entrais dans la pièce. J’aperçus une (jolie) jeune femme. Je me présentai sur le champ en avançant ma main.

— Vous devez être Ambre McLean, je suis Alexander Jackson, nous travaillerons donc ensemble pour la numération des bouquins.



Dernière édition par Alexander W. Jackson le Mar 5 Juil - 14:08, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
« Les apparences . . . »
Invité

MessageSujet: Re: Livres numériques contre parchemin [Pv Alexernder W. Jackson]   Mar 5 Juil - 12:07

Cinq minutes, cela était encore acceptable. Il aurait suffit d'un décallage entre sa montre et la mienne. Dix, cela faisait déjà beaucoup. Arrivée à quinze, je me mis à douter. Etait-ce seulement le bon jour ? Je repris le dossier administratif qui m'avait été transmis et vérifiais la date. Je ne m'étais pas trompée, et l'horaire était également correct. Cela m'agaça et ne me donna pas une bonne opinion de la personne à venir quoi qu'elle puisse encore éventuellement me fournir une raison valable à ce retard. Sait-on jamais. Innocent tant qu'on n'est pas prouvé couplable, c'est comme ça qu'on dit non ?
La porte s'ouvrit et j'eus un temps de battement en découvrant le technicien qui était l'exact opposé de ce que j'aurais cru. Il était grand, plus que moi qui le suis déjà pourtant. Mais surtout, il était... Mignon ! Moi qui l'avait visualisé boutonneux et à la limite crasseux, et binoclar, je dus bien reconnaître que les clichés disaient faux. Il était chatain foncé (ou brun clair, commen on veut) avec de très jolis yeux, un peu affolés pour le moment, et il avait un visage plutôt carré, très masculin. Pourtant, c'est avec délicatesse qu'il referma la porte derrière lui avant de me tendre là main. Jusque là, il avait plutôt remonté dans mon estime mais il eut le malheur de dire quelque chose qui me mit hors de moi...

— Vous devez être Ambre McLean, je suis Alexander Jackson, nous travaillerons donc ensemble pour la numération des bouquins.

Je tiquais forcément sur l'usage du dernier terme et sur son absence d'excuses pour son retard. Aussi, en dépit de son allure impeccable, jusqu'à la cravate, qui aurait parfaitement collé avec le cadre de la bibliothèque, mon ton fut sec et glacial et je stoppais ma main qui avait fait un mouvement pour serrer la sienne.

_ La numérisation des bouquins ? répétais-je en insistant sur le dernier mot. Sachez, Alexander, que les "bouqins" comme vous dites valent probablement plus que votre appartement et qu'ils ont traversé les siècles en dépit des bourrus de votre espèce. Ces livres (j'insistais sur le terme) contiennent de véritables trésors et si on vous a chargé de les numériser c'est pour pouvoir les partager avec le plus grande nombre.

Dans ces instants, je savais que je sonnais un peu plus comme ce que j'étais : une vieille femme de 75 ans, mais c'était plus fort que moi. Je n'ai rien contre l'ignorance, mais le non respect, ça ça ne passe pas. Le pauvre jeune homme sembla si ce n'est choqué du moins fort gêné de ma tirade. Charge à lui de se rattraper à présent, mais ce n'était pas gagné d'avance avec mon tempéramment plutôt rancunier...

_ Vous pouvez poser votre matériel sur la table. Vous devrez ensuite m'expliquer ce que vous comptez faire précisément, pour que je puisse vous dire si cela abîmera ou non le premier ouvrage que j'ai sorti.

Je l'effleurais du bout des doigt, protectrice malgré moi.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
« Les apparences . . . »
Invité

MessageSujet: Re: Livres numériques contre parchemin [Pv Alexernder W. Jackson]   Mar 5 Juil - 14:06

« Wow, bien jouer Alexander… » me félicitait intérieurement. Elle savait se défendre… c’était la première femme que je rencontrais qui s’exprimait aussi bien dans une langue de défense. Elle disait vrai, elle était très attachée à ses livres. Je ne disais rien pour le moment en sortant tout d’abord un portable noir avec un écran assez large. Une souris sans fil que je branchais tout de suite. Je ne portais pas attention à ce que je faisais. Je branchais le tout en cherchant une prise de courant pour brancher le portable. Je regardais Ambre qui était en train de caresser son livre du bout des doigts. Je venais de faire une belle boulette. Je la regardais un instant avant d’ajouter :

— Je suis désolée. J’aurais dû voir que ces ouvrages avaient de l’importance sur vous. Et je me sens terriblement idiot de ne pas l’avoir remarqué.

J’étais 100 % sincère. Un simple regard sur mon air, elle l’aurait remarqué. Je reportais mon attention vers l’ordinateur portatif, et je m’assis pour la connexion à un programme que je devais installer avant de poursuivre. En attendant l’ouverture, je sortis un autre objet qui sera utile pour la numération.

— Je suis désolé aussi de mon retard… je sais que ce n’est pas une excuse, mais mon patron m’a demandé de venir au magasin avant de venir ici. Le matériel coûte extrêmement cher et mon patron a insisté pour le barrer dans la soute.

Le pianotais sur le clavier pour trouver le logiciel qui me restait qu’à installé. Quelques secondes passaient, jusqu'à tant que je tombe sur une page toute noire. Je pianotais encore et encore, pesait sur « enter » et voilà. Je branchais la caméra sous rectangulaire, cela ressemblait plus à une loupe qu’une caméra ordinaire. Je l’ajustais sur la lettre sur la table qui me servait de repère.

— Pour la numération, on va utiliser ceci. C’est un genre de caméra qui envoie les signaux dans le portable. Ensuite, il nous restera qu’à placer les images dans l’ordinateur pour faire un livre, pour bien les cadrer dans la page. Vous avez combien d’ouvrage à numériser?

Je tournais la caméra vers moi et pris une petite photo de ma figure à bout de bras. Je retournais sur l’ordinateur, mon visage apparut et je pus tranquillement sur la page. Cela fonctionnait. J’effaçais ma figure et nous pouvions maintenant commencer. J’attendais simplement l’accord d’Ambre pour pouvoir commencer.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
« Les apparences . . . »
Invité

MessageSujet: Re: Livres numériques contre parchemin [Pv Alexernder W. Jackson]   Mar 5 Juil - 15:26

J'avais rabbatu le caquet du petit effronté qu'il était. Il le regretta aussitôt, je le vis et j'aurais pu être charitable en lui affirmant que ce n'était rien, ou en lui pardonnant. Mais je n'étais pa sd'humeur charitable, pas tout de suite.

Je suis désolé. J’aurais dû voir que ces ouvrages avaient de l’importance sur vous. Et je me sens terriblement idiot de ne pas l’avoir remarqué.

Bon c'était déjà un peu mieux. Je pinçais encore un moment les lèvres puis le fixais droit dans les yeux, le sentant déjà fuyant. D'ailleurs, il fit mine de s'occuper de son matériel après s'être dérobé. Ca par contre, je ne pouvais pas lui en vouloir. Je savais que, par moment, la chanson "Elle a les yeux revolvers" aurait pû être écrite pour moi.

_ Ils ne sont pas importants pour moi, moi j'importe peu. Ce sont de véritables de trésors, à la fois pour leur contenu, mais également pour leurs supports. Ils sont importants pour tout le monde, ou du moins ils devraient l'être...

Je n'instais pas, il était trop occupé pour le moment. Il s'affaira avec nervorsité et j'aurais presque eut mauvaise consciente, d'autant plus qu'il avait un visage très enfantin quand il prenait cette expression : celle d'un gamin pris en faute...

— Je suis désolé aussi de mon retard… je sais que ce n’est pas une excuse, mais mon patron m’a demandé de venir au magasin avant de venir ici. Le matériel coûte extrêmement cher et mon patron a insisté pour le barrer dans la soute.

Je ne connaissais pas cette expression. Sans doute un truc informatique ou un truc de "jeunes" ou une expression familiale issue de provinces lointaines telles le Canada, allez savoir ! Peu importait, je ne relevais pas. Ensuite, je le vis sortir une sorte de caméra portative et il m'expliqua la marche à suivre. Somme toute, c'était assez simple et cela devrait aller. Il alla même jusqu'à prendre une photo de lui et la plaça sur l'écran. J'eus un léger sourire, décidant que mon air de vieille râleuse avait fait son temps. Tout le monde a le droit à l'erreur après tout, ne me restait plus qu'à le sensibiliser à la beauté des livres...

_ Ce n'est pas votre meilleur profil, lançais-je en le surprenant.

Il me fixa un instant et je le crus surpris, puis, toujours avec un sourire, j'approchais mon premier trésor.

_ Pour le moment, nous allons commencer avec celui-là. Il s'agit d'un récit de pèlerinage. Il y a beaucoup de textes mais aussi des enluminures et surtout des cartes en aquarelles qui sont exceptionnelles.

J'ouvris la première page avec soin et entendit la reliure en cuir usé craquer légèrement.

_ Prêt ? Je vous demanderais de ne pas le toucher, parce que votre clavier doit être plein de germes et le papier est assez délicat. Sinon, il vous faudra vous laver les mains.

Là au moins ça avait le mérite d'être clair. Non pas que je lui interdisais quoi que ce soit mais je ne pouvais pas laisser une impulsion massacrer un ouvrage.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
« Les apparences . . . »
Invité

MessageSujet: Re: Livres numériques contre parchemin [Pv Alexernder W. Jackson]   Mer 6 Juil - 23:51

Mon jugement de mot avait donc été révélé inefficace. Je la voyais encore plus en colère contre moi. Elle m’expliquait que pour le monde c’était une véritable mine d’or. Je n’étais pas encore convaincu que ce soit le cas, mais je me fiais à elle, sinon pourquoi la bibliothèque aurait voulu les numériser. Je me mis au travail en regardant mon écran. Sa réplique sur la photo que j’avais pris de moi me surprit, mais cela détendit un peu l’atmosphère qui avait mal débuté. Je me sentais un parfait idiot, mais bref… passons. Elle me poussa son premier livre près de moi… J’entendais la reliure craquée. Je n’avais pas imaginé à quel point les ouvrages que nous allons numériser allaient être sur le point de s’émietter en poussière.

« Prêt? Je vous demanderais de ne pas le toucher, parce que votre clavier doit être plein de germes et le papier est assez délicat. Sinon, il vous faudra vous laver les mains. »

— Pas de souci. Je vais vous laisser la partie manipulation des ouvrages et moi le côté technique.

Je pris la caméra dans mes mains… j’étais assez silencieux. Je numérisais la première page et je vis peu à peu le contenu sortir sur l’écran de l’ordinateur. Les mains délicates d’Ambre tournaient la seconde page avec une telle délicatesse. Je n’aurais pas mieux fait. Le papier utilisé pour l’ouvrage était tellement vieux. J’avais peur qu’il se brise, mais elle savait ce qu’elle faisait. Cela avançait bien. Je découvris pas mal de peinture. Je n’étais pas tellement livre, mais j’aimais ce que je voyais…

Après un moment, plusieurs pages du premier livre, je tendis l’appareil à Ambre. Elle semblait un peu hésiter, mais je la réconfortai en lui offrant un sourire. Elle m’avait vu faire… passé la caméra du haut de la page jusqu’en bas et appuyé sur le bouton vert pour la prochaine page. Je m’assis à la chaise devant le portable un instant… le cadrage n’avait pas changé et les pages avaient toujours la même dimension. Je n’avais qu’à accepter certaines tâches sur mon écran… Je me relevai de la chaise et repris la caméra et poursuivit en regardant les pages s’afficher sur l’écran. Le long silence me pesa, je décida de le brisé.

— Qu’est-ce qui vous attire, vous passionne, autant dans ces ouvrages?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
« Les apparences . . . »
Invité

MessageSujet: Re: Livres numériques contre parchemin [Pv Alexernder W. Jackson]   Jeu 7 Juil - 20:24

— Pas de souci. Je vais vous laisser la partie manipulation des ouvrages et moi le côté technique.

Cela me convenait plus que de raison. C'était peut-être dû à mon âge, mais les machines les plus évoluées se faisaient un malin plaisir à me claquer entre les doigts et à cesser de fonctionner dès que je les touchais. Nous aurions été bien embêtés si cela arrivait... Au début tout se passa bien, et dans le silence le plus totale. Je souris en constatant l'intérêt croissant du jeune homme pour les pages qu'il découvrait. L'ignorance n'est pas un mal affreux, quand elle est accompagnée d'une certaine curiosité.
Pendant un instant, il me tendit la caméra et j'eus un doute sur ce qu'il attendait de moi. L'opération n'avait rien de compliqué en soit, mais j'avais la main hésitante pour la première page, me sentant nettement plus à l'aise avec les vieux livres. Quelques instants plus tard, il reprit l'engin et je pris soin désormais de tourner les pages de l'autre main, histoire d'éviter les transferts de microbes. Après un moment encore, il brisa le silence. Prise dans mes pensées, je n'avais pas perçu le trouble que notre silence lui causait.
Quand je revins à moi, pourtant, ce fut la première chose que je perçus. Me rouspettant intérieurement, je me résolus à briser le silence à l'instant même où il le fit.

— Qu’est-ce qui vous attire, vous passionne, autant dans ces ouvrages?

J'eus un léger sourire tout en continuant de tourner les pages. Nous en étions presque à la moitié.

_ Chaque livre a son histoire. Celui de sa création tout d'abord. Son époque, son support, les techniques pour le réaliser, l'auteur, les raisons de la rédaction. Puis son parcours ensuite : entre quelles mains est-il passé ? Où a-t-il voyagé ? Et son contenu. Ce livre par exemple, c'est un récit de voyage de pèlerinage. Il est truffé d'anecdotes dont certaines sont amusantes. Par exemple, et nous sommes en 1531, l'auteur qui est moine se demande pourquoi en Orient les prêtres peuvent se marier et plus en Occident. Il signale aussi les meilleurs auberges à fréquenter sur le parcours.

Reportant mon regard sur mon interlocuteur, je notais que ça ne le convainquit qu'à moitié. J'agrandis mon sourire.

_ C'est une passion. J'aime les livres. Ces objets ont traversé les siècles et certains sont millénaires. Ils contiennent des pensées d'être disparus depuis longtemps, mais qui continuent à exister tout de même. Le plus fascinant, c'est qu'à peu de choses près, ils se posent les mêmes questions que nous, en dépit de tous les changements dans nos sociétés.

A nouveau, je plongeais mes yeux dans les siens, puis j'eus un rire.

_ Excusez-moi. La dernière chose à faire c'est de me lancer sur ce genre de sujet. Ca... Ou le Seigneur des Anneaux, car je suis intarrissable.

Nouveau sourire, histoire de ne pas le laisser sur un image de vieille ringarde, ce que je peux être parfois. Nous en étions aux trois quart à présent, et cela devait déjà faire près de quarante minutes que nous avions commencé. C'était à mon tour d'être quelque peu gênée.

_ Et vous, qu'est-ce qui vous intéresse dans l'informatique ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
« Les apparences . . . »
Invité

MessageSujet: Re: Livres numériques contre parchemin [Pv Alexernder W. Jackson]   Ven 8 Juil - 13:38

— Qu’il y a toujours des problèmes à régler… surtout dans mon travail. Mais… j’hésitais… c’était un peu personnel… dans mon jeune temps… voilà que je parle comme un vieux… quand j’étais gamin… ma mère… n’était pas très présente, elle était une femme de maison et n’avait pas le temps d’être avec moi, donc je me suis rebattu sur l’informatique à décortiquer ses machines… on dit que les machines ont toujours raisons… ce n’est pas vrai et ce fut une passion d’en mettre une en ordre lorsque j’étais à l’université.

J’étais aussi peu clair d’elle, serait-ce un point en commun… non…

— En fait, je ne sais pas trop ce qui m’intéresse… c’est un ensemble. C’est fou, comme l’informatique à évoluer depuis que j’étais enfant. J’aime en découvrir de nouvelles. Comme cette caméra, c’est quelque chose que je n’avais jamais utilisé avant… j’en découvre tous les jours. Je ne sais pas si je réponds bien à votre question.

Nous étions rendus à la dernière page du livre. Je numérisais la page couverture… Quand ce fut fait, je pris place sur la chaise de l’ordinateur. Je déplaçais la dernière photo au début. Deux pages étaient à l’écran.

— Venez voir… s’il y a une image qui ne convient pas dans le cadre, me le dire… comme on dit, quatre yeux valent mieux que deux.

Je fis défiler les pages tranquillement, j’irais plus vite, mais quand je le fais les gens sont étourdis et me disent d’aller moins vite. Elle semblait hésiter sur une et mit son doigt sur l’écran.

— Oh eee… ce n’est pas grave, mais ne toucher pas à l’écran, s'il vous plaît.

Je lui souris faiblement après cette action. Comme elle, il y avait des restrictions à toucher mon écran et moi des restrictions à toucher mes ouvrages. Quand nous avons fait le tour du livre. Je pianotais sur mon clavier et en fit un dossier sceller. Je lui expliquais ma démarche.

— Je suis en train de sceller le dossier. Alors, personne ne pourra l’enregistrer sur son ordinateur et changer quelque chose et salir l’original. Les seules personnes qui pourront changer quelques c’est ceux qui auront le mot de passe qui sera… : AMLAWJ

C’était la meilleure façon de s’en souvenir. Qu’elle fasse le lien ou non, cela ne me dérangeait pas. L’important c’était la sécurité du document.


Dernière édition par Alexander W. Jackson le Ven 8 Juil - 14:50, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
« Les apparences . . . »
Invité

MessageSujet: Re: Livres numériques contre parchemin [Pv Alexernder W. Jackson]   Ven 8 Juil - 14:20

Ce fut assez étrange. Je m'étais attendu à une réponse plus ou moins bateau et stéréotypée, mais j'eus droit à une sorte de confession intime. Cela me surprit. Mais pourquoi pas après tout ? Les inconnus sont parfois plus propices aux confessions...

— En fait, je ne sais pas trop ce qui m’intéresse… c’est un ensemble. C’est fou, comme l’informatique à évoluer depuis que j’étais enfant. J’aime en découvrir de nouvelles. Comme cette caméra, c’est quelque chose que je n’avais jamais utilisé avant… j’en découvre tous les jours. Je ne sais pas si je réponds bien à votre question.

Je lui souris avant de répondre.

_ Oui, la curiosité je peux parfaitement comprendre. Vous découvrez les nouvelles technologies, moi ce sont des choses contenues dans les antiquités que je manipule. Paradoxalement, c'est un peu la même chose.

Nous vérifiâmes ensuite le résultat et je lui signalais un défaut... En touchant son écran. Quand il me reprit, je notais qu'il contint sa remarque, s'efforçant d'être poli, mais ferme, comme moi un peu plus tôt. Je continuais de sourire.

_Pardonnez-moi. Je ferais attention à l'avenir, promis.

Et pour finir, il me donna le mot de passe.

_ Je ne saurais probablement pas modifier quoi que ce soit, répondis-je. Et pourquoi faire un mot de passe si compliqué ? Un simple mot en latin aurait suffit !

De nouveau le sourire, amusée, avant de repartir sur du plus sérieux.

_ Dites, vous serait-il possible de les faire défiler, mais comme si les pages se tournaient. Je pense qu'il s'agit d'un programme de mise en page, quand on clique sur la page, elle se tournerait. Vous voyez ce que je veux dire ?

Et, changeant complètement de sujet, je lui proposais.

_ Vous voulez boire quelque chose avant de passer au suivant ? Il est beaucoup plus gros...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
« Les apparences . . . »
Invité

MessageSujet: Re: Livres numériques contre parchemin [Pv Alexernder W. Jackson]   Mar 12 Juil - 1:04

Un mot de passe… tous les ordinateurs, tous les programmes et tous les sites protéger devrait avec un mot de passe compliqué, pouvait contenir une dizaine de chiffres minimums. J’en connaissais un rayon en sécurité et maintenant que la piraterie était terminée, je sécurisais tout ce qui était précieux. Et si ces livres étaient précieux pour la bibliothèque, elle l’était pour Ambre et elle l’était pour moi.

« Je ne saurais probablement pas modifier quoi que ce soit, répondis-je. Et pourquoi faire un mot de passe si compliqué? Un simple mot en latin aurait suffi! »

— Parce qu’un mot latin ou un mot comme « banane » c’est facile à déchiffrer. Des lettres aillant une signification simplement sur nous l’ai moins et jamais un pirate informatique trouvera celui-là, ça, vous pouvez me croire, puisqu’il n’a aucun lien avec le livre et aucune avec l’auteur, etc. il faut chercher plus loin pour pouvoir… saisir le mot de passe.

Je lui souriais… je venais de lui donner toute une énigme à résoudre.

« Dites, vous serait-il possible de les faire défiler, mais comme si les pages se tournaient. Je pense qu'il s'agit d'un programme de mise en page, quand on clique sur la page, elle se tournerait. Vous voyez ce que je veux dire? »

— Oui, je crois que cela peut se faire… Oui, je prendrais bien un verre d’eau s'il vous plaît.

Je dirigeais vers l’ordinateur et cherchait un moyen de le faire comme elle me l’avait demandé. Je savais qu’il y avait un moyen, il fallait simplement que je me repère dans ce nouveau logiciel. Je me grattais l’arrière de la tête… je ne le trouvais pas… Aide… affichage… lecture livre… Je lisais rapidement et j’obtins ce que je désirais… Quand Ambre arriva avec un verre d’eau fraîche, il me restait qu’à entré le mot de passe pour la modification… AML pour elle et AWJ pour moi… Enter…

— Voilà et merci pour l’eau.

Je tournais le portable dans sa direction. Sur un fond noir, le livre de la page couverture à gauche… je clique et les 2 premières pages une à droite et une à gauche. Je lui montrais où l’on pouvait agrandir l’image où il y avait un petit + et un petit – pour rapetisser l’écriture ou la peinture, tout dépendait de ce qu’il y avait sur la page.
Je bus ensuite une gorgée d’eau avant de contempler le gros livre un peu plus épais qui était plus loin sur la table. Je ne me décourageais pas pour autant. Je fermis le premier dossier et le renommait avec le nom du premier ouvrage. J’ouvrais une autre page, prês à commencer pour le nouveau livre.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
« Les apparences . . . »
Invité

MessageSujet: Re: Livres numériques contre parchemin [Pv Alexernder W. Jackson]   Mar 12 Juil - 9:07

— Parce qu’un mot latin ou un mot comme « banane » c’est facile à déchiffrer. Des lettres aillant une signification simplement sur nous l’ai moins et jamais un pirate informatique trouvera celui-là, ça, vous pouvez me croire, puisqu’il n’a aucun lien avec le livre et aucune avec l’auteur, etc. il faut chercher plus loin pour pouvoir… saisir le mot de passe.

Je me mis à réfléchir en me souvenant des lettres qu'il m'avait communiqué. AMLAWJ... Hum... J'avais toujours détesté les énigmes par manque de patience. Je n'aimais pas à me creuser la tête parce que je savais que je n'arrêterais pas de le faire tant que je n'aurais pas trouvé la solution. Je repensais à mon père lorsque, pour mes huit ans, il m'avait construit un casse-tête, lui pour qui la logique n'a aucun secret.
J'étais déjà très têtue à l'époque, et j'avais passé trois jours et deux nuits à tenter de démêler l'astucieux assemblage de bois. Il ne m'avait pas fallu moins pour le résoudre, au terme d'une lutte acharnée qui avait laissé Jamie dubitatif quant à la pertinence de son cadeau. Ma mère, pour sa part, avait même tenté de me l'enlever, pour que je passe à autre chose, mais mon père avait affirmé que cela démontrait un caractère bien trempé, et une volonté de fer. Blasée, ma très chère mère avait conclu qu'elle n'avait pas besoin de cela pour le savoir et m'avait laissé poursuivre. En y réfléchissant bien, je devais toujours avoir l'objet quelque part dans mon loft. Avec un peu de chances, je me souviendrais de la solution, sinon...

Tandis que je revenais à la bibliothèque en allant chercher un verre d'eau, je me dis qu'étrangement le jeune homme n'était pas accro à la caféine. Pour ma part, il était difficile de m'en passer, tant par habitude que par nécessité. Je n'avais jamais été du matin, et les decennies n'y changeraient jamais rien. Je me servis un thé, ayant déjà eut mno quota de café. Puis je revins avec ma tasse et son verre, découvrant que s'il m'avait posé une colle, j'en avais fait de même, involontairement. J'allais lui dire que ce n'était pas grave, qu'après tout c'était loin d'être vital, mais il réussit et j'admirais le résultat avec une pointe d'enthousiasme.

— Voilà et merci pour l’eau.

_ Oh mais de rien, répondis-je naturellement. Je crois que, finalement, je vais apprécier la numérisation des livres. J'avais peur du rendu, mais je dois avouer que je suis agréablement surprise. Ca se lit vraiment bien et le zoom est très pratiques.

Je poursuivais mes recherches mentales tout en sirotant mon thé tandis qu'il se préparait au prochain ouvrage. Je venais de poser ma tasse, j'étais en train de me laver les mains à la solution hydroalcoolique lorsque j'eus l'étincelle de génie.

_ Ca y est ! m'écriais-je un peu trop brusquement (il sursauta le pauvre). J'ai trouvé. En fait, votre mot de passe est en miroir : AML si on inverse les lettres le A reste un A, le M devient un W et le L est un J dans l'autre sens. Pas mal, vous êtes plutôt futé.

Avec le sourire triomphant de la victoire, j'allais saisir le livre suivant. Il s'agissait d'un missel, un livre de chants lithurgiques dont les partitions étaient encore à la mode médiévales, c'est à dire que les notes sont carrées et n'ont pas de barres. Il était écrit à l'encre noir et rouge et les enluminures en feuilles d'or dissimulaient l'air de rien des petits visages de personnages burlesques. Les moines s'étaient bien amusés au fil du temps... J'avais saisi l'ouvrage gigantesque qui pesait plus d'une quarantaine de kilos et je le posais délicatement à côté d'un Alexander un peu dubitatif. J'étais plus costaude que j'en avais l'air.

_ Si vous voulez bien éloigner votre verre d'eau, murmurais-je en ouvrant la première page. Un accident est vite arrivé...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
« Les apparences . . . »
Invité

MessageSujet: Re: Livres numériques contre parchemin [Pv Alexernder W. Jackson]   Mar 12 Juil - 13:08

J’étais surpris à cette exclamation de joie. Elle croyait avoir trouvé la signification du mot de passe, mais… malheureusement, elle ne mit pas encore le doigt dessus. Elle était douée, mais elle se cassait trop la tête à mon avis. Ce n’était pas autant annalistique que cela. Cependant, c’était bien chercher… je ne disais rien pour le moment, la laissant dans sa satisfaction et je riais intérieurement. Je poussais mon verre d’eau le plus loin possible comme elle le voulait… parce que s’il y avait un dégât, c’est le portable et le livre qui en perdrait et ma désolation absolue. Le document était près à la numération et je commençais par la page couverture et enfilait avec les autres pages… Puisque nous étions dans le routinier du livre et que c’était le deuxième que nous faisions. Je me permis de briser un autre silence.

— Je vous félicite d’avoir trouvé ce magnifique lien pour le mot de passe… par contre… je l’ai regardais en descendant automatiquement avec la caméra, habituer par cette manœuvre… ce n’est pas cela. C’est bien chercher par contre, vous êtes doués, mais cherchés encore… Penser… simplicité.

Je ne voulais pas lui dire. Je la voyais chercher dans sa tête… je souriais, j’aimais ces grands yeux tournés vers le plafond comme si la réponse s’y trouvait. Je ne riais pas d’elle… Je voulais qu’elle cherche mon énigme. Elle semblait obstinée et cela me plaisait.

Je reportais mon attention sur le livre et sur les images qui apparaissaient parfaitement dans le cadrage de l’ordinateur. Je remarquais les différentes partitions de musique. J’avais suivi un cours à l’université sur la connaissance culturelle et j’avais pris l’histoire de la musique. Je reconnaissais ce que le livre nous montrait. J’étais captivée… J’aurais voulu toucher pour suivre, mais la caméra à la main, Amber m’avait affirmé que je devais me laver les mains avant… Je m’y refusais pour le moment… peut-être à la fin du livre.

Je la regardais de nouveau… Je me permis de lui poser des questions puisqu’elle semblait encore chercher le fameux lien.

— Réfléchissez… vous avez découvert que le « AML » et le « AWJ » étaient séparés. C’est un bon début… en générale, que représentent des formations de lettres?

Je reportais mon attention sur le livre… J’étais bien décidé à lui en dire le moins possible et la laisser chercher.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
« Les apparences . . . »
Invité

MessageSujet: Re: Livres numériques contre parchemin [Pv Alexernder W. Jackson]   Mer 13 Juil - 19:27

Nous commençâmes le second livre dans le silence, mais je sentis qu'il me cachait quelque chose. Oh, pas grand chose d'importance, mais quelque chose tout de même. J'étais intriguée, mais je savais faire deux choses en même temps. Aussi, je continuais à me demander ce qu'il me cachait tout en tournant lentement les pages, les regardant sans vraiment les voir, concentrée sur ce que je pensais. Après un moment, le jeune homme n'y tint plus et il reprit la parole.
Autant j'étais accoutumée à travailler seule, et donc en silence. Autant je détestais avoir de la compagnie et rester sans parler, cela me mettait mal à l'aise.

— Je vous félicite d’avoir trouvé ce magnifique lien pour le mot de passe… par contre… Ce n’est pas cela. C’est bien chercher par contre, vous êtes douée, mais cherchez encore… Pensez… Simplicité.

J'eus une moue déçue, presque boudeuse. Voila qui était autre chose ! J'étais si fière de moi pourtant. Je trouve toujours fascinant de voir comment, en dépit du fait que nous soyons tous humains, nous réfléchissons d'une manière sensiblement différente. Inspirant profondément, je murmurais.

_ Cela fonctionnait pourtant... Alors... Vous me posez une colle, vous savez ? Je n'aime pas chercher sans trouver. Bon, pensons différemment. Vous êtes un informaticien, vous fonctionnez donc diféremment... Alors... Pensons scientifique, mathématique...

Il semblait intéressé par le livre autant que par ce que je disais et surtout il était très très satisfait de lui ! Magnanime, il m'encouragea tout de même.

— Réfléchissez… vous avez découvert que le « AML » et le « AWJ » étaient séparés. C’est un bon début… en générale, que représentent des formations de lettres?

J'eus de nouveau un éclair de génie et eut à mon tour un air très satisfait.

_ Mais bien-sûr ! Les lettres forment des mots. Mais en informatique, on utilise des cryptages numériques, donc les lettres doivent correspondre à des chiffres. Le a pour le 1, le m est la 13ème lettre...

Je fus aussitôt déçue et dus reconnaître ma méprise.

_ Ah bah non ça ne marche pas... Je pensais que puisqu'il y avait 6 lettres, ça aurait pu être la date d'aujourd'hui, mais non...

Boudeuse, j'eus un soupir, retrouvant mon âme d'enfant un peu agacée, mais au fond grisée par ce jeu.

_ Ma foi, je n'ai pas dis mon dernier mot ! affirmais-je, obstinée. Je vais trouver.

Machinalement, le continuais de tourner lentement les pages, mon esprit en ébullition.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
« Les apparences . . . »
Invité

MessageSujet: Re: Livres numériques contre parchemin [Pv Alexernder W. Jackson]   Jeu 21 Juil - 14:50

Elle ne savait vraiment pas ce que voulait dire le mot « simplicité », « simple ». Je la laissais réfléchir. Elle semblait le faire tout haut. Elle avait de la ressource c’était certain, mais elle n’était pas encore sur la bonne piste. Pourtant, c’était clair, enfin dans ma tête. Je lui avais donné la bonne piste, mais elle avait voulu faire un lien avec ma profession et c’est là que cela a dérapé. Un sourire aux lèvres. J’essayais de me contrôler pour ne pas lui dire sur-le-champ la solution la plus rapide.

— Mais bien sûr! Les lettres forment des mots. Mais en informatique, on utilise des cryptages numériques, donc les lettres doivent correspondre à des chiffres. Le « A » pour le « 1 », le « m » est la 13e lettre... Ah bah non ça ne marche pas... Je pensais que puisqu'il y avait 6 lettres, ça aurait pu être la date d'aujourd'hui, mais non...

Je riais, pas méchamment, loin de là. Je lui avais dit simplicité et elle me sort un calcule informatique qui n’allait pas bien loin. Faut croire qu’elle ne savait pas faire les choses simplement. Je me demandais si c’était cela aussi dans sa vie privée. Je me permis de lui faire remarquer.

— Si vous avez autant de difficulté à trouver, c’est que vos résonnements sont encore trop compliqués. Cela n’a rien avoir avec les mathématiques ou la science ou l’informatique.

Je pris une courte pause pour bien réfléchir au prochain indice qui pourrait lui faire découvrir l’intrigue.

— Vous m’avez dit plus tôt que des lettres regroupées étaient des mots… Donc, commencer par le premier : « A M L ». Et avant que vous me le disiez, cela ne veut pas dire : « Aigle Magnifique Lunatique ».

Je lui souriais. Je ne me moquais pas d’elle. C’était devenu un jeu pour moi de lui faire découvrir les acronymes que j’avais mis comme mot de passe. Pendant qu’elle réfléchissait, je portais mon attention sur le livre. Les peintures étaient de toutes beautés. À croire que c’était magnifique pour mes yeux. Je regardais via mon ordinateur, les couleurs ressortaient miraculeusement bien. Les textes anciens étaient d’une si belle écriture, plus personne n’écrivait comme cela maintenant. Tout concordait. Je risquais un œil à Ambre… Le livre était presque terminé, il ne restait plus qu’une petite partie, la page de couverture à l’arrière… et voilà. Je posais la caméra et me rendit devant mon ordinateur pour effectuer la même chose que le premier livre ancien. Le feuilleté avec un zoom avant ou arrière comme si nous tenions le livre entre nos mains. Je refis le code dont je savais par cœur sans hésitation : « AMLAWJ ».

Je voyais Ambre qui me suivait du regard… une gorgée d’eau… Je regardais dans mes poches, le cellulaire de la compagnie vibrait.

— Pouvez-vous m’accorder 5 minutes de pause, le temps que je réponde à ma nourrice?

Son visage d’interrogation. Une nounou à mon âge. Je me foutais un peu de ce qu’elle pense de mon humour ou quoi que ce soit d’autre. Si je ne lui répondais pas dans 2 minutes, il allait rappeler.

— Je n’en ai pas pour longtemps.

Je quittais la pièce sans plus tarder et me rendit à l’extérieur de la bibliothèque. Le temps était magnifique. Dommage que je devais le passé à l’intérieur… j’aurais bien été me dégourdir les jambes en courant dans les bois, mais je devais me résigner. Je devais numériser des livres encore un bout de temps. J’appelais mon patron avant qu’il me rappelle. C’était le genre de type qui voulait que tout soit fait très vite. Il me demandait si je pouvais me libérer dans la soirée pour pouvoir réparer un ordinateur. Sans l’offenser, je refusais. La numération n’était pas terminée et je ne voulais pas me dépêcher… il rouspétait comme un enfant disant que j’étais son dernier espoir. Je n’étais pas patient avec lui, surtout quand il m’obligeait à travailler du sur temps qui ne m’apporterait rien.

— Ça avance la numération? Parce que je me demandais si tu ne pourrais pas faire du surtemps ce soir.
— Non je ne peux pas… je ne veux pas me dépêcher sur la numération des livres anciens.
— Ce ne sont que des bouquins.
— Tu ne les as pas vus. Ce ne sont pas des livres ordinaires.
— Non, Jackson, tu es le meilleur. Ne me laisse pas tomber, c'est un client important.
— Se sont tous des clients importants pour toi...Demande à Jeff. Il sera heureux de me voler du temps supplémentaire.


Je lui raccrochais avant qu’il réplique. Je n’avais pas peur de mon patron. Il n’était pas un bon patron, il était « mou » face à moi. Il ne méritait pas sa place comme patron et cela, il le savait. Je m’assis un instant sur un banc près de la bibliothèque à sentir certaines odeurs que j’arrivais à capter avec mon « nez incroyablement aiguiser ».

Une petite pause au grand air, me ferait du bien. Encore 3 minutes…
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
« Les apparences . . . »
Invité

MessageSujet: Re: Livres numériques contre parchemin [Pv Alexernder W. Jackson]   Ven 22 Juil - 20:37

— Si vous avez autant de difficulté à trouver, c’est que vos raisonnements sont encore trop compliqués. Cela n’a rien avoir avec les mathématiques ou la science ou l’informatique.

Je fronçais légèrement le museau sans répondre. Etait-ce un moyen détourné de dire que j'avais l'esprit tordu ? Ce qui ne serait pas complètement faux soit dit en passant...

— Vous m’avez dit plus tôt que des lettres regroupées étaient des mots… Donc, commencer par le premier : « A M L ». Et avant que vous me le disiez, cela ne veut pas dire : « Aigle Magnifique Lunatique ».

Je tiquais. C'était complètement absurde de ma part. L'allusion aux rapaces était totalement fortuite, j'en étais certaine. De toute façon, comment aurait-il pu savoir ? Cela ne se lisait pas sur mon visage. Et quand bien même il aurait tout d'abord fallu savoir ce qu'est un animorphe. Et quand bien même, dans le pire du pire des cas, je ne pense pas qu'il aurait amené le terrain de cette manière... Je me repris. J'étais complètement parano, et décidément bien compliquée !

Pouvez-vous m’accorder 5 minutes de pause, le temps que je réponde à ma nourrice?

Là, par contre, il me moucha, je m'étais attendu à "que je réponde à ma copine" ou même à mon vétérinaire, qu'en sais-je, mais à sa nourrice ? Il me semblait bien jeune pour avoir besoin d'un nourrice... Il me minforma qu'il reviendrait rapidement et je ne lui répondis rien, trop surprise que j'étais. Je réalisais au passage que nous avions fini le second ouvrage. Finalement, ce n'était pas si désagréable ce travail. Pas très productif dans l'immédiat, mais tout de même. Et puis, un peu de compagnie n'était pas mal pour une fois. Je dus me retenir d'écouter aux portes, ayant complètement oublié de préciser que nous n'étions pas censés utiliser les téléphone dans l'enceinte de la bibliothèque, mais peu importe après tout, il le faisait discrètement et respectueusement, c'est à dire en parlant à voix basse et en s'étant excusé. Le reste importait peu, nous étions seuls après tout...
Je le cherchais un instant des yeux, et je constatais qu'il était carrément sorti par une des porte qui mène à la réserve. En général, elle ne sert qu'aux approvisionnements et diverses livraisons. Et surtout, elle ne s'ouvre qu'au moyen d'une clef électronique. Je le rejoignis donc, histoire de ne pas le contraindre à refaire tout le tour. Je poussais doucement la porte, guettant les bruits, pour ne pas sembler écouter aux portes. Mais il avait fini sa conversation et s'était assis sur un des bancs. Il était préoccupé, un peu contrarié et surtout fatigué. Cela ne se voyait pas, puisqu'il s'efforçait en bon professionnel de ne rien laisser paraître, mais moi je le savais. Ou plutôt je le sentais...
L'air de rien, je vins le rejoindre. Les rayons du soleil sur ma peau étaient agréablement tièdes. Je passais tellement de temps à l'intérieur que je bronzais rarement. De toute façon, je n'avais pas la peau idéale pour bronzer, en général je prenais plutôt des coups de soleil, et ce très rapidement et en dépit d'une crème solaire d'indice 50...

_ Pardonnez ma curiosité, mais je ne peux pas m'en empêcher... lançais-je, lui signalant par là même ma présence. Vous avez combien d'enfant ?

C'était dommage d'ailleurs, parce que qui dit enfant dit femme ou au moins compagne. Et si j'avais beaucoup de défaut, je n'étais pas une briseuse de couple... Je m'assis à côté de lui.

_ Vous vous êtes enfermé dehors, alors je me suis dit que j'allais voler à votre secours, ajoutais-je pour détendre l'atmosphère et lui laisser une porte de sortie s'il ne voulait pas répondre.

Mais en fait, il semblait beaucoup trop sidéré pour éviter quoi que ce fut. Oui, c'était bien cela, de la sidération, je le sentis autant que je le vis à son regard.
Quoi ? J'avais fait une bourde ?

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
« Les apparences . . . »
Invité

MessageSujet: Re: Livres numériques contre parchemin [Pv Alexernder W. Jackson]   Lun 25 Juil - 15:37

Le vent qui soufflait était agréablement bon. Je desserrais me col de ma cravate noire qui commençait à m’étouffer. Le soleil était tiède et cela ne faisait qu’augmenter mon désir d’aller me promener sous ma forme animal. De sentir la terre sous mes pattes et pouvoir courir comme si quelque chose ou quelqu’un était à mes trousses. Pendant que j’étais en divagation, je sentis une faible odeur… Ambre était sorti elle aussi et s’approchait de moi avec une drôle de tête de questionnement à ce que je pouvais voir. Je lui fis de la place sur le banc puisque je m’étais assis au milieu, une subtile invitation, mais sa question me mit tout de suite à l’envers.

— Pardonnez ma curiosité, mais je ne peux pas m'en empêcher… Vous avez combien d'enfants?

QUOI? Mais de quoi parlait-elle? Je ne comprenais pas. Mon langage facial lui a certainement faire comprendre quelque chose puisqu’elle changeait aussitôt de sujet. Mais, même si elle me disait que j’étais enfermé dehors… je ne compris qu’à moitié étant toujours focalisé sur le mot « enfant ».

— Quoi? Des enfants? De quoi parlez-vous?

Je ne comprenais pas où elle voulait en venir peut-être c’était que c’était une manière détourner de me faire des avances et savoir mon statut social… non, je ne croyais pas cela d’elle. Quoique je ne la connaissais pas. Wow, cela me surprit du plus haut point. Il était vrai qu’avec mes 35 ans d’intellectuel, je voudrais avoir une famille un jour, mais il fallait trouver la bonne personne pour cela. Je ne voulais pas me précipiter et comme je ne pouvais plus vieillir, j’avais tout mon temps pour trouver la perle rare.

Je voyais son incompréhension et elle semblait mal à l’aise par l’étonnement qui venait de sortir de ma bouche. Je ne savais plus quoi dire. Un malaise commençait à se faire sentir et je n’aimais pas cette sensation. Me sentir coincé sur un sujet assez… étonnant.

HORS-RPP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
« Les apparences . . . »
Invité

MessageSujet: Re: Livres numériques contre parchemin [Pv Alexernder W. Jackson]   Mer 27 Juil - 15:23

Hors RPG :

Spoiler:
 

Bon j'avais encore dis une bourde. Je n'y suis pour rien c'est une seconde nature. C'est encore pire quand je suis fatiguée ou quand j'ai bu un verre de trop. Quand les deux sont d'actualité, je ne vous raconte pas le massacre.
Fort heureusement, je prends garde à ne jamais boire avant de travailler, encore moins en travaillant et surtout pas en présence de collègues. Quant à la fatigue, je m'assure un minimum de sommeil chaque nuit, ce qui me permet en général d'être décente.
Cette fois-ci je ne savais trop que penser. Il avait parlé d'une nourrice mais semblait ahuri à mon allusion sur les enfants. Que devais-je comprendre ? Il semblait pourtant jouir de toutes ses facultés mentales et ne pas nécessiter de soins particuliers. S'il s'était agi d'un de ses parents il aurait plutôt parlé d'infirmière, non ? Ah je ne savais qe penser !

— Quoi? Des enfants? De quoi parlez-vous ?

Je me mis à rougir malgré moi. Après avoir un instant détouné les yeux je me forçais à les plonger à nouveau dans les siens, affrontant son visage plus que surpris.

_ Eh bien... Vous avez fait allusion à une nourrice, quand vous avez reçu le coup de téléphone, aussi j'en ai déduit que vous aviez des enfants, mais visiblement je me suis seulement tourné en ridicule... A en juger votre mine en cet instant...

Je me mis à me tordre les mains, nerveuse. Je n'aimais pas passer pour une cruche, ce que je ne suis pas d'ailleurs, mais en dépit de mes meilleurs intentions, parfois je ne fais pas ce que je veux... J'eus un léger soupir et crus bon d'ajouter, parce que le silence me pesait.

_ Je suis désolée si je vous ais offensé...

Encore que, songeais-je, je n'avais rien fait pour l'offenser. S'il était vexé c'était son problème, il n'avait qu'à être clair !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
« Les apparences . . . »
Invité

MessageSujet: Re: Livres numériques contre parchemin [Pv Alexernder W. Jackson]   Ven 29 Juil - 14:38

Ah « nourrice »! ce mot que j’utilisais pour désigné mon patron. Si ma mère m’aurait daigner de s’occuper de moi quand j’étais gamin, j’aurais pu vous dire que mon patron était comme ma deuxième mère, mais ce n’est pas le cas. Bref, vous avez saisi l’image que je voulais vous donner. Il est pire qu’une verrue ce type. Des fois, j’ai du mal à me faire à l’idée que je dois lui obéir puisqu’il est mon patron. J’aurais bien voulu être le patron. « Le boss Jackson, le maître Jackson », ok la je dérape un peu. Tout cela pour vous dire que mon patron était pire qu’une gomme collée en dessous d’un soulier, un pot de colle quoi. Dans mon travail, je n’étais pas du type à faire tout en vitesse, surtout qu’ici, je ne pouvais pas me le permettre, puisqu’Ambre n’avait pas la langue dans sa poche. Elle savait de quoi elle parlait et elle savait le faire savoir. On dit toujours que les premières minutes nous en apprennent beaucoup sur la personnalité d’une personne.

Je la regardais. Son teint avait rougi. Il était bien de penser que nous étions à l’air libre, à l’extérieur et que je pouvais être attiré par un son pour regarder ailleurs pour un moment. Quoique maintenant ce n’était pas bien de le faire. Je l’écoutais… je n’étais pas offensé, seulement surpris, c’est tout.

— Je suis désolée si je vous ais offensé...
— Ne vous excusez pas. C’est moi qui n’ai pas été assez clair.

Je voyais son malaise, pas juste par ses joues qui avaient tourné au rouge, mais aussi par ses mains qui tournaient et tournaient de malaise. Je mis mes mains un moment sur les siennes.

— Calmez-vous… respirer… vous m’avez simplement surpris.

Je retirais mes mains voyant notre proximité… Je lui souris et décidait de ne pas la laisser patienté encore plus que maintenant. Je n’étais pas du genre martyre pour les autres. Si je pouvais arrêter les autres de souffrir par mes jeux de mots, je ne le faisais aussi tôt.

— C’est mon patron qui a appelé… je l’appelle des fois ma nourrice puisqu’il m’appelle trop souvent à mon goût. Il voulait savoir si je pouvais faire du temps supplémentaire au travail tout à l’heure.

Un petit silence de suspense.

— J’ai refusé… dis-je en la regardant. Je ne fais pas les choses rapidement pour être débarrassé, ce n’est pas mon genre. Et je découvre beaucoup avec vous aujourd’hui.

J’eus un petit silence, jusqu'à tant que je me lève pour dire que la pause était terminée. Je frottais mes mains ensemble, le travail allait continuer. Ambre me fit entré dans l’établissement pour continuer notre tâche. Je me demandais bien quel serait le prochain ouvrage. Avec soulagement, mon équipement était toujours en place. Si ce n’était pas le cas, là ma nounou pourrait bien me renvoyer. Mais dans une bibliothèque qui pourrait bien voler du matériel informatique de pointe? Bonne question. J'enlevais ma cravate qui pendait et qui me fatiguait plus qu'autre chose. Je l'a mis de côté. Ce n'était surement pas ma cravate noire qui changeait quelque chose sur mon habillement, ce n'était qu'un accessoire de mode après tout.

— Quel est le prochain ouvrage? lui demandais-je avec de la curiosité dans la voix.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
« Les apparences . . . »
Invité

MessageSujet: Re: Livres numériques contre parchemin [Pv Alexernder W. Jackson]   Dim 31 Juil - 15:07

— Ne vous excusez pas. C’est moi qui n’ai pas été assez clair.

Ca je m'en doutais ! Enfin, c'était gentil de sa part de faire amende honorable, mais ça ne me disait pas ce que je voulais savoir.
L'instant d'après, il fit une chose que j'ai du mal à supporter : il me toucha, sans prévenir... Je dus me retenir de toutes mes forces pour ne pas reculer mes mains ou pire, les lui balancer quelque part. Ce n'est pas de sa faute, c'est moi qui suis byzaroïde. En fait, c'est juste que je "capte" les émotions des gens, et si on me touche, c'est pire. Surtout quand on me prend au dépourvu.
Heureusement pour moi, il n'était pas dépressif, sans quoi j'aurai eu un coup de blues. Il n'était pas même triste, ni heureux, simplement désolé de m'avoir induit en erreur. Professionnel, il ne se laissait pas aller sur son lieu de travail si bien que je ne sus pas s'il avait des problèmes existentiels ou si sa vie sexuelle était particulièrement exubérante en ce moment. Ca peut sembler rigolo, je vous jure que c'est très embarassant. Surtout que, lorsque je ne m'y attends pas, les émotions que je ressens peuvent me submerger, et devenir mienne. Ca devient très embettant quand, par exemple, un homme a une très forte envie de faire l'amour avec moi...

Enfin, présentement, ce n'était pas le cas, mais j'avais dû tout de même sursauter parce qu'il retira ses mains. Il avait dit quelque chose mais je ne l'entendis pas, trop troublée que j'étais pendant une seconde. J'espérais que ce n'était pas une question, ni rien de vital et encore moins l'explication qu'il me devait, sans quoi j'étais bonne pour rester frustrée sur ce point. Puis il enchaina.

— C’est mon patron qui a appelé… je l’appelle des fois ma nourrice puisqu’il m’appelle trop souvent à mon goût. Il voulait savoir si je pouvais faire du temps supplémentaire au travail tout à l’heure.

Ce que je pouvais être cruche ! Ou plutôt non, ce qu'il pouvait être tordu ! Et inconsidéré ! Si j'avais été une garce, j'aurais pu informer son patron de la façon qu'il avait de parler de lui aux clients, mais bon je ne suis pas ce genre de garce. Je veux dire, je peux être la pire des garces, mais il faut l'avoir mérité. Critiquer son patron n'est pas un crime, c'est humain...
Quoi qu'il y avait quelque chose qui me titillait chez cet Alexander, sans que je ne puisse mettre le doigt dessus. Un peu comme un arrière goût, si tant est qu'on puisse comparer des émotions à de la nourriture. Et cet arrière goût était familier tout en étant étranger, légèrement... Ah ! Non je n'arrivais pas à voir ce qu'il me rapellait !

— J’ai refusé... Je ne fais pas les choses rapidement pour être débarrassé, ce n’est pas mon genre. Et je découvre beaucoup avec vous aujourd’hui.

Bon assez psychotté dans mon coin, il était temps pour moi de revenir à la conversation, histoire de ne pas passer pour plus folle que je le suis (et croyez-moi je le suis !).

_ Ah d'accord, lançais-je simplement. Décidément, nous ne sommes pas sur la même longueur d'ondes ! Nous avons du mal à nous comprendre, mais après tout, ça met un peu de piment dans la situation.

J'eus un sourire en me disant que je n'avais rien répondu à son compliment déguisé. Si je le faisais maintenant, ça ferait surfait et de toute façon qu'aurais-je pu répondre ? "Je découvre les caméra numériques avec vous" ? Trop bateau et définitivement cruche ! Heureusement pour moi, il enchaîna à ma place tout en ôtant sa cravate ce qui me laissa une seconde d'hésitation. Non, il n'enchaînait pas avec la chemise... Dommage... Je me secouais mentalement ! Nan mais quelle idée.... Quoi que... Il était vraiment joli à regarder...

— Quel est le prochain ouvrage?

Il me prit un instant au dépourvu (et j'eus la pensée complètement déplacée, qu'il aurait pu me prendre autremen ! ) puis je répondis. Au fond de moi, je sentais une proximité anormale, différente, et je n'arrivais pas à savoir d'où cela venait. J'étais certaine de ne l'avoir jamais rencontré, même dans un bar, tard le soir...

_ Euh, nous allons entrer dans le plus rébarbartif. En fait, il s'agit d'une histoire du lutheranisme écrite par Pierre Louis de Maindebourg, un jésuite aux idées plus qu'arrêtées sur les protestants. Il y explique en somme pourquoi et comment ces derniers ce sont trompés en tous points depuis qu'ils existent. C'est en latin et il y a très peu d'images. Mais on ne peut pas faire que des livres magnifiques !

J'eus un léger clin d'oeil, amusée par cette pensée. En fait, si, on aurait pu, mais les plus beaux ne sont pas forcément les plus intéressants, encore que celui-là pouvait s'avérer cocace. Je me relevais et me dirigeais vers la porte magnétique, que je débloquais avec ma carte, avant de retrouver mon univers familier. Ma salle de travail était dans l'exact état dans lequel je l'avais laissée. Et le prochain livre était à sa place. Je le saisis et l'apportais sur la table de travail, ne pouvant m'empêcher d'ajouter.

_ En fait, si, il peut être amusant à lire, mais uniquement si on a son équivalent, écrit par un protestant et qui s'intitule "l'Histoire du Catholicisme". Parce qu'ils s'amusent à reprendre les arguments l'un de l'autre pour prouver qu'ils ont raison. Ils étaient plutôt têtus puisqu'ils ce sont ainsi opposés dans une dizaine d'ouvrages... Mais bon, j'admet que la théologie pour la théologie, ce n'est pas très passionnant... Surtout quand on est une personne normale et qu'on ne parle pas courramment latin !

Ce qui faisait de moi quelqu'un d'anormal !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
« Les apparences . . . »
Invité

MessageSujet: Re: Livres numériques contre parchemin [Pv Alexernder W. Jackson]   Mer 10 Aoû - 14:39

Oui, il était évident que nous n’étions pas sur la même longueur d’onde. Je crois que c’est une question de personnalité. C’est drôle de penser qu’une simple expression peut signer une tout autre chose pour une autre personne. J’employais souvent cette expression vis-à-vis mon patron, parce qu’il est très collant. Si Ambre le connaissait, je crois bien qu’elle aurait le même surnom que moi. Je savais que j’étais un simple employé et que je devais respect à mes aînés, mais quand on considère mon âge, je ne suis plus un enfant, plus un jeune adulte. Dire que j’ai vécu dans les années 70…

Je ne sais pas pourquoi, mais Ambre semblait beaucoup troublé et semblait m’observer d’un coin de l’œil. Je la regardais à mon tour faut croire, et elle enchaîna avec ce que nous devions numérisés. J’avais du mal à saisir ce qu’elle me disait.

« Euh, nous allons entrer dans le plus rébarbatif. En fait, il s'agit d'une histoire du luthéranisme écrite par Pierre Louis de Maindebourg, un jésuite aux idées plus qu'arrêtées sur les protestants. Il y explique en somme pourquoi et comment ces derniers se sont trompés en tous points depuis qu'ils existent. C'est en latin et il y a très peu d'images. Mais on ne peut pas faire que des livres magnifiques! »

Nous rentions à l’intérieur. Une chance qu’elle était là, sinon je n’aurais pas pu revenir à l’intérieur. Je m’installai en prenant la caméra et Ambre poursuivait. Une phrase attira mon attention. Je ne pus fermer ma bouche une fois de plus en comprenant le « code crypté » qu’elle venait de me lancer sans le savoir. J’étais assez bon pour ça. Pour déchiffrer les énigmes cachés dans ce que les gens me disaient.

« Mais bon, j'admets que la théologie pour la théologie, ce n'est pas très passionnant... Surtout quand on est une personne normale et qu'on ne parle pas couramment latin! »

— Pas anormale… mais cultivée.

Une phrase qui était sortie toute seule dans ma bouche. Parce que je savais que ce qu’elle venait de dire, c’était tout son contraire. J’avais déduisis qu’elle parlait le latin et le comprenait très bien dans les écrits, sinon elle ne m’aurait pas pu m’expliqué ce que nous numérisions à l’instant.

C’était tout sauf un reproche. Je faisais simplement annoncer comment moi je la voyais. Il était vrai que nous n’étions pas sur la même longueur d’onde, mais il était clair que je ne lui ferais jamais de reproche. Par contre, je voyais bien qu’elle se traitait autrement dans ses pensées. Seulement cette phrase m’avertit qu’elle se traitait d’une personne anormale. Je l’étais un peu, mais je préférais employer d’autres mots puisqu’il y avait assez de choses en ce monde qui était considéré anormale, je pourrais en citer plein, mais je me ravisai. La situation était déjà assez compliquée pour ne pas en rajouter.

J’espérais qu’elle ait bien pris le compliment. Après cette courte phrase, qui n’en était pas une, je poursuis ma numération du livre. En voyant l’épaisseur des deux livres qui se contredise, j’en viendrais à bout en dedans de 45 minutes. Je n’étais pas celui qui conversait le plus. En fait, je ne savais pas de quoi parler. Alors, autant y aller avec les formalités. Cela nous sauvait la vie de nombreuse fois.

— Cela fait quelque temps que je suis arrivé à Everstown, est-ce que vous y êtes depuis longtemps?

Quelle question stupide!
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
« Les apparences . . . »
Invité

MessageSujet: Re: Livres numériques contre parchemin [Pv Alexernder W. Jackson]   Mer 10 Aoû - 15:15

— Pas anormale… mais cultivée.

Je lui lançais un autre regard, plus dubitative. Il y avait mille et unes façons de dire cela et pourtant force me fut de conclure qu'il l'avait fait sans moquerie aucune, ni jalousie. En général, je n'étale pas ma science. Déjà, parce que ce n'est pas mon but. Montrer ce qu'on sait juste pour le plaisir de briller c'est pas du tout mon caractère. Mais aussi parce que souvent les gens méprisent ces connaissances. L'ère actuelle est à la science, les technologies. Le latin et les vieux livres... Des fouttaises et de la prétention, enfin c'est le point de vue de beaucoup de monde. Moi, je ne me prends pas pour plus que je suis. Je sais beaucoup de choses. Mais je sais aussi tout ce que je connais pas. Je me veux avant tout pédagogue. Quand j'explique quelque chose, je me mets au niveau des autres, afin qu'ils saisissent pleinement ce que je dis. Je ne balance pas tout ce que je sais de but en blanc pour impressionner. J'ai l'ambition d'impressionner par ma simplicité, et d'étonner les gens en leur faisant voir qu'ils sont loin d'être aussi ignorants qu'ils peuvent le penser, surtout quand des professeurs autains et malveillants sont passés par là !

_ Oh, il y a différentes sortes de culture, répondis-je. L'informatique par exemple. Vous vous en sortez à merveille alors que moi je n'y comprends rien. Chacun a un savoir différent, c'est tout.

Je ne disais pas ça comme une sorte de fausse modestie, bien au contraire. Je haïssais les universtiaires qui se prennent pour meilleur que vous parce qu'ils peuvent lire et comprendre le latin, ou citer les dates de tous les empereurs romains de têtes ou ce genre de choses. Pour moi tout savoir est un savoir, et tous se valent... Plus ou moins.
C'est probablement avec ce genre de remarques que je passe pour une vieille, ce que je suis au fond ! Mais ça va le jeune homme semblait lui aussi assez mature, pas comme beaucoup de jeunes actuellement qui n'ont pas le respect du passé. Je ne stigmatise pas, ils ne sont pas tous ainsi, mais la diminution des acquis en primaires minent la suite de leur scolarité et laissent d jeunes gens avec bien peu de bases, aussi malheureux que ce soit... Méditant sur le système scolaire, je restais un long moment silencieuse. Finalement, ce fut lui qui reprit la parole, me ramenant au moment présent.

— Cela fait quelque temps que je suis arrivé à Everstown, est-ce que vous y êtes depuis longtemps?

_ Moi ? Ca fait quelques années déjà. En réalité, je suis originaire d'Ecosse, des Highlands pour etre plus précise. J'ai fait mes études à Edimbourg et ensuite j'ai voyagé au gré de fouilles archéologiques à travers le monde. Après avoir passé une thèse, je suis venue m'installer ici parce que le fond est très riche et qu'ils avaient besoin d'une restauratrice en plus d'une conservatrice. L'offre était intéressante et je n'avais aucune attache nulle part.

Pas même dans mon village d'origine où mes neveux seraient plus que surpris de voir que leur tante est physiquement plus jeune qu'eux. C'était malheureux à dire, mais il me faudrait attendre l'exctinction de plusieurs générations amiliales avant de pouvoir retourner chez moi. Pour les miens, j'avais disparue au cours d'une mission archéologique. Ce constat m'arracha mon sourire pendant quelques instants...


_ Et vous ? Vous êtes d'où ?
dis-je pour relancer la conversation.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
« Les apparences . . . »
Invité

MessageSujet: Re: Livres numériques contre parchemin [Pv Alexernder W. Jackson]   Sam 13 Aoû - 14:20

« Oh, il y a différentes sortes de culture, répondis-je. L'informatique par exemple. Vous vous en sortez à merveille alors que moi je n'y comprends rien. Chacun a un savoir différent, c'est tout.»

-Oui est c’est mieux comme ça… imaginé un monde ou que tout le monde aurait la même culture intellectuelle. Les gens deviendraient des maîtres du monde ou je ne sais pas quoi? Il n’aurait pas de travail d’équipe où certaines forces peuvent être utiles et les gens travailleraient sûrement seul… C’est sûr que je généralise un peu, mais le monde serait bien ennuyant s’il était ainsi.

Grande pause, en fin de compte, elle n’était si idiote que ça ma question, simplement pour moi.

« Moi? Ça fait quelques années déjà. En réalité, je suis originaire d'Écosse, des Highlands pour être plus précise. J'ai fait mes études à Édimbourg et ensuite j'ai voyagé au gré de fouilles archéologiques à travers le monde. Après avoir passé une thèse, je suis venue m'installer ici parce que le fond est très riche et qu'ils avaient besoin d'une restauratrice en plus d'une conservatrice. L'offre était intéressante et je n'avais aucune attache nulle part. » « Et vous? Vous êtes d'où? »

— Je suis Américain, de San Francisco. J’ai vécu ma jeunesse là-bas, je suis allée à l’université et j’ai vécu le début de ma vie d’adulte...

Rien de positif, mais on voyait bien qu’il manquait quelque chose à ma phrase. Elle ne pouvait se terminer comme cela, il manquait quelque chose. Bref, moi, je devais m’arrêter là. Aller dans le négatif de ma vie n’était pas quelque chose que je voulais aborder avec Ambre que je venais à peine de rencontrer. J’ai fait des affaires pas mal louches dans ma vie et je voulais changer cela.

— Je suis arrivée ici pour me faire une nouvelle vie et essayer d’oublier… certaines… choses, finis-je en soupirant.

Je ne voulais pas y aller en détail, puisque lorsque je le faisais, les gens se posaient des questions sur mon âge. Surtout ceux qui sont doués avec les chiffres et le calcul mental. Je ne voulais pas aller trop loin. Je savais qu’Ambre aurait un doute sur ce que je suis. Trop vieux pour avoir un visage aussi jeune. Il y avait cela et tout ce qui était ma vie d’adolescence turbulente, si on veut. Tout ce qui touchait à l’informatique de sécurité me fascinait, mais m’apeurait encore aujourd’hui. Je ne voulais pas retomber là-dedans ou que les types me retrouvent ou même les flics. En pensant à « sécurité », je me mis à penser à quelque chose, pour changer de sujet évidemment.

— Alors… est-ce que vous l’avez trouvé la signification du mot de passe? Est-ce que vous vous avouez vaincue ?


Dernière édition par Alexander W. Jackson le Sam 20 Aoû - 14:14, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
« Les apparences . . . »
Invité

MessageSujet: Re: Livres numériques contre parchemin [Pv Alexernder W. Jackson]   Mer 17 Aoû - 14:58

-Oui est c’est mieux comme ça… imaginé un monde ou que tout le monde aurait la même culture intellectuelle. Les gens deviendraient des maîtres du monde ou je ne sais pas quoi? Il n’aurait pas de travail d’équipe où certaines forces peuvent être utiles et les gens travailleraient sûrement seul… C’est sûr que je généralise un peu, mais le monde serait bien ennuyant s’il était ainsi.

Je lui souris. Ce jeune homme avait une façon for intéressante de voir les choses. Il me semblait très mature pour un homme. Non là j'exagères, il existe des hommes matures... Mais ils sont tropvieux pour moi du coup !

— Je suis Américain, de San Francisco. J’ai vécu ma jeunesse là-bas, je suis allée à l’université et j’ai vécu le début de ma vie d’adulte... Je suis arrivée ici pour me faire une nouvelle vie et essayer d’oublier… certaines… choses.

Je suis curieuse, commme tout le monde, mais je suis polie. Aussi je ne relevais ni le blanc qu'il avait laissé, ni le sous-entendu triste qu'il avait dit. Je me contentais d'une simple remarque pour détourner la conversation.

_ Américain ? Vous n'avez pourtant pas l'accent. Vous avez dû le perdre entre temps. Enfin, ce n'est pas une critique, je serais hypocrite de vous le reprocher, alors que je roule les "r" et que mon propre accent est à couper au couteau !

Il est vrai que même sans ma chevelure rousse, on pouvait difficilement ignorer que je suis écossaise. Bah, peu importe, je l'assume avec fierté !

Alors… est-ce que vous l’avez trouvé la signification du mot de passe? Est-ce que vous vous avouez vaincue ?

Ah j'avais oublié ça ! Il me fallut une seconde de reflexion avant de rétorquer.

_ Non, je n'ai pas encore trouvé, mais non je ne m'avoue pas vaincue. Je pense plutôt à vous le faire avouer de force ou de gré. Autour d'un verre, par exemple. Ca vous tenterait ?

Décidément, je n'avais pas froid aux yeux. C'est l'avantage de l'âge, je sais que ça ne prête qu'à peu de conséquences à ce stade. Et puis, mieux vaut des remords que des regrets !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
« Les apparences . . . »
Invité

MessageSujet: Re: Livres numériques contre parchemin [Pv Alexernder W. Jackson]   Sam 20 Aoû - 14:12

Un accent. À vrai dire, je n’avais pas réalisé que je pouvais avoir un accent. Nous le réalisons simplement lorsque les autres nous le disent. Je n’avais plus d’attache en Amérique. La seule chose que je voulais c’est de me faire une nouvelle vie loin des autres. Je croyais que c’était la meilleure des solutions pour moi pour le moment. Ma famille me manquait c’était certain, mais j’étais près uniquement de mon père et il était décédé, il y a bien longtemps. Je me demande comment il aurait réagi sur l’homme que je suis rendu. Il était inutile de regarder en arrière pour l’instant. C’était pour cela que je voulais une nouvelle vie, loin des erreurs que j’ai commis et loin de la police surtout. Il n’était pas rare que je me demandais ce qui se passerait si la police locale était au courant de ma fuite des États-Unis, si un de mes ex-coéquipiers disait au flic à quoi je ressemblais… ma nouvelle ne serait plus joyeuse.

La situation du mot de passe m’était revenu en tête. Franchement, j’aimais bien. C’était comme un jeu. Je voulais vraiment qu’elle le trouve. Je ne sais pas, j’aimais bien résoudre des énigmes, c’est tout moi. Je crois que je ne serais pas celui que je suis devenu, s’il n’y avait pas eu de problème à régler. Vous connaissez l’expression : « Rusez comme un renard » ? Et bien, elle s’applique totalement à moi.

« Non, je n'ai pas encore trouvé, mais non je ne m'avoue pas vaincue. Je pense plutôt à vous le faire avouer de force ou de gré. Autour d'un verre, par exemple. Ça vous tenterait? »

Cette réalité, je n’y avais jamais pensé, quoique c’était une question bien normale. Je n’y voyais pas d’inconvénient.

— Vous savez, mademoiselle McLean, vous me surprenez. Je serais ravi de prendre un verre avec vous… seulement si on sort vivant après cette numérisation, avouais-je en riant.

Il était vrai que c’était long, mais la compagnie était très agréable. Ambre avait quelque chose d’inhabituel que je n’avais pas encore dévoiler. C’était la première femme que je voyais avec autant de passion que moi dans ce qui l’intéressait. Il y avait quelque chose en elle qui m’intriguait… et puis… cela ne faisait que quelques heures, j’arriverais bien à la « déchiffrer » un jour.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
« Les apparences . . . »
Invité

MessageSujet: Re: Livres numériques contre parchemin [Pv Alexernder W. Jackson]   Dim 21 Aoû - 15:07

Il n'hésita pas bien longtemps et continua à sourire, ce qui était bon signe. Il aurait pu s'offusquer ou encore me répondre qu'il était déjà pris mais son accord tacite indiquait le contraire. Il sembla surpris de ma démarche, mais pas spécialement froissé ou choqué, ni même mal à l'aise, comme le sont certains machos. Il était un peu plus jeune que moi, physiquement parlant, et beaucoup plus jeune que moi en réalité, mais ça il ne pouvait pas le savoir. Peu importait de toute façon, cela faisait un moment que je m'étais faite à l'idée d'être une cougar...

— Vous savez, mademoiselle McLean, vous me surprenez. Je serais ravi de prendre un verre avec vous… seulement si on sort vivant après cette numérisation,

J'eus un petit rire en regardant le livre que nous étions en train de finir. Consultant ma montre d'un léger mouvement de poignet, je constatais que, de toute façon, c'était bientôt l'heure de fermer.

_ Appelez-moi Ambre, rectifiais-je l'air de rien. Et je ne m'inquiète pas pour vous, vous êtes jeune et en pleine forme, a priori ça devrait aller.

Quelques secondes plus tard, nous avions refermé la dernière page de l'ouvrage.

_ Je vous ais surpris ? ajoutais-je. Nous sommes au XXIème siècle pourtant. Vous n'avez jamais été invité par une femme à boire un verre ?

Par une grand-mère aurais-je même pu ajouter, mais je m'abstins.

_ De toute façon, nous avons fini. Il est 17h35, la bibliothèque ferme à 18h, mais il faut encore que j'ouvre toutes les vitrines pour laisser l'air circuler et surtout que je les recouvre pour éviter que la lune ne cause des dommages. Alors, comment faisons-nous ? Vous avez quelque chose de prévu ce soir ou on peut se fixer rendez-vous un peu plus tard ? Vous avez une préférence pour le lieu ?

Voilà qui en faisait des questions et des directives. S'il était du genre macho qui veut tout diriger, il n'allait pas apprécier. Mais c'était plus fort que moi, j'avais été habituée à prendre les choses en main
.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
« Les apparences . . . »

MessageSujet: Re: Livres numériques contre parchemin [Pv Alexernder W. Jackson]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Livres numériques contre parchemin [Pv Alexernder W. Jackson]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» (numéo) ■ on se jette, on se prend contre un peu d’éphémère.
» Tactique gobelins contre nains
» Lutte contre le deboisement: Une victime de plus des anti-nationaux
» ET LA VERITE SORT DU PUIT/SOU MENSONGE DANS GNB CONTRE ATTILA
» Comment mener la lutte contre la corruption en Haïti ?
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Across™ - RPG :: All good things come to an end... :: Corbeille :: Archives :: Saison 1 :: Et si on revenait dans le temps ?-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit
Forum Gratuit